AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
RPG Médiéval basé sur la légende de Robin des Bois

Partagez|

Visite filiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Lady Christabelle
avatar
Meilleure Amie de Marianne
Messages : 644
Date d'inscription : 16/02/2008
Age : 27
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
4/5  (4/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Sam 18 Juin - 18:55

Samedi 4 Avril-Fin d'aprés-midi.

Arrow La cour du château de Nottingham

Marianne lui avait expliqué que Robin voulait s'en prendre à John of Gamwell. Christabelle ne pouvait qu'approuver le prince des voleurs, le nouveau seigneur de Locksley était insolant et n'avait aucun respect pour quiconque mis à part pour sa petite personne. La jeune femme avait réellement changer d'avis sur le noble qu'elle venait de quitter. Si elle avait pu le trouver agréable, il n'était en réalité qu'arrogance. Il méritait certainement une bonne leçon, mais il était dangeureux aussi de si rendre seul. Marianne monta sur son cheval après avoir mit la petite Betty dessus. Christabelle imita son amie et elles partirent toutes trois vers Knighton. Un fois sorti de la ville Marianne s'excusa une nouvelle fois. Christabelle lui sourit poliment, c'est à ça que servent les amis, répondre présent quand les on a besoin d'eux.

Elles arrivèrent rapidement à Knighton. Marianne descendit très vite de cheval et demanda à la petite Betty de rejoindre Sir Edward. La jeune femme partie vers l'écurie, Christabelle la suivit.


"- Je vais rentrer dans la maison afin qu'on me voit et je ressortirais par ma fenêtre. Tu sais je ne te le dis pas assez mais tu es comme une soeur pour moi. Je ne sais pas ce que je ferais sans toi parfois ... Occupe l'esprit de Betty et de mon père le temps que je me charge de retrouver Robin. Et ... Prépare de quoi soigner les blessures. Je crois que cette fois nous n'y couperons pas."


Christabelle resta un instant immobile, elle était touchée par ce que venait de lui dire Marianne. Elle s'en voulait à présent d'avoir pu hésiter à l'accompagner. Quel genre d'amie faisait-elle ? Elle confirma d'un signe de tête, prit son bagage et suivit son amie dans la bâtisse. Son amie monta voir son père discuta un instant avec lui et ressortit de sa chambre. Christabelle suivit Marianne du regard. Elle inspira profondément, se tourna vers le malade et Betty et leur sourit.


« -Bonjour Christabelle, je suis heureux de vous revoir.
-Bonjour Sir Edward, le plaisir est partagé. Comment vous sentez-vous ?
-J'ai connu mieux je dois dire. Je suis assez fatigué.
-Nous allons dans ce cas vous laissez vous reposez. Nous reviendrons vous voir plus tard. Tu viens Betty.
-Oui, Christabelle. A plus tard Oncle Edward.
-Merci, à plus tard. »


Christabelle posa une main sur l'épaule de la petite fille et la dirigea vers la chambre d'amie qu'occupait la jeune lady. Elles entrèrent et Betty s'assit sur le lit. Christabelle posa ses affaires sur le bureau avant de les ranger dans l'armoire. Elle posa les yeux sur l'enfant. Marianne prenait trop risque maintenant qu'elle avait une enfant à charge, elle devait faire encore plus attention qu'auparavant. Mais cette fois-ci, Marianne voulait que Christa prépare tout ce qu'il fallait pour soigner des blessures. La jeune femme n'aimait pas ça. Voyant le regard plutôt inquiet de la petite fille, Christabelle se força à sourire.

« -Alors, dis-moi Betty qu'as-tu fait d'intéressant aujourd'hui ?
-J'ai rencontré l'amoureux de Tante Marianne, au départ j'ai cru qu'il était pas très intelligent, mais en fait il est gentil. »


La jeune femme se mit à rire de bon cœur. La spontanéité de la jeune fille faisait plaisir à voir.

« -Oui c'est souvent l'effet qu'il fait. Mais au final, c'est homme bon. Par contre Marianne ne t'as pas dit qu'il fallait éviter de parler de lui?
-Ha mince, si c'est vrai ! Mais tu es au courant toi, non ?
-Oui, mais il faut faire attention.
-D'accord, tu ne lui diras pas hein que je t'en ai parlé. Ils arrêtaient pas de se faire des bisous sur la bouche, c'était dégoutant. T'as déjà fait ça toi ? »


Christabelle perdit son sourire, et se sentit extrêmement gênée, ses joues rosirent légèrement.

« -Ne t'en fait pas, je ne dirais rien. Ce sont les gens amoureux qu'ils font ça. Moi non, je n'ai jamais embrassé personne. »


Sur ce Christabelle se leva, demanda à Betty de ne pas bouger et sortit de la chambre. Elle alla chercher une boîte remplit d'onguent, d'herbes médicinales et de bandages. Elles allaient faire un petit tris là-dedans pour être prête quand Marianne reviendrait. Lorsqu'elle revint dans la pièce, Betty n'avait pas bougé et observait Christabelle avec intérêt. La lady lui sourit et posa la caisse sur le bureau. Elle s'assit devant et Betty vint la rejoindre.


« -C'est quoi ?
-Des onguent, des herbes médicinales et des bandages. Tante Marianne voulait les trier mais comme elle est occupée, je vais le faire. Tu veux m'aider ?
-D'accord... Tu vas m'expliquer à quoi sert tout ça ?
-Si tu le souhaites, c'est avec plaisir.
-Merci ! »


Betty poussa une chaise pour la mettre le plus prés possible de la jeune lady et y monta dessus avec l'aide de Christabelle. L'enfant commença à fouiller dans le casier avec entrain. Christabelle ne se trouvait pas très loin de la fenêtre. Elle jetait de temps à autres des regards au dehors, espérant revoir son amie revenir vite et en bonne santé.

_________________


Spoiler:
 



Membres de la  SCMPDQSLP
Membre de la CQS
Revenir en haut Aller en bas
http://lalouve-feerique.skyrock.com/
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Dim 26 Juin - 21:39

Arrow Locklsey

Ramener Robin, en le portant, à travers les bois de Locksley jusqu'à Knighton n'avait pas été une mince affaire. La marche était plus longue que d'habitude. Marianne ne voulait surtout pas épuiser le hors-la-loi. Ses blessures étaient bien trop sérieuses pour lui faire entreprendre le voyage sans s'arrêter. Elle ne pouvait s'empêcher d'être inquiète. Robin avait besoin de soin urgent et de repos. Mais il ne l'écouterait sûrement pas et voudrait se remettre à la poursuite de Fenry. Tant pis, elle devrait le forcer à l'écouter. Robin grimaçait à chaque pas. Marianne faisait de son mieux pour porter le plus de poids possible. Enfin, Knighton fut en vue. Marianne remonta son foulard et remis son masque. Elle ne devait pas être reconnue même à Knighton. Elle les mena avec précaution jusqu'à l'écurie du manoir de son père. Elle devait se changer là pour ne pas éveiller les soupçons. Elle aida Robin à se poser sur le foin.

"- Tout va bien ? Je suis désolée d'avoir du te faire marcher. Je ... je vais me changer ici ... Enfin pas ici là ... Non ... Plus loin ..."

Puis elle se mit à rire nerveusement. Évidemment, qu'elle n'allait pas se changer sous ses yeux. Il ne croyait pas au miracle.

"- De toute façon, tu es trop faible pour tenter quoi que ce soit ? N'est-ce pas ? Donc je ne crains rien !"

Elle l'embrassa rapidement et se dirigea vers une des stalles hors de vue de Robin. Elle récupéra la robe cachée dans la paille et commença à enlever ses vêtements. Elle les cacha rapidement et mit la robe sur elle. Elle s'habillerait plus complètement et convenablement tout à l'heure. Elle attacha rapidement les rubans de sa robe et ressortit. Elle défit ses cheveux tout en souriant à Robin.

"- Une dernière épreuve t'attend. Il faut monter jusqu'à ma chambre ..."

Marianne l'aida à se relever et supporta encore une fois son poids pour l'aider à rentrer dans la maison et à monter l'escalier. Son père était alité et les serviteurs devaient être affairés à la cuisine. Personne ne les surprit et la jeun femme le fit entrer dans sa chambre. Elle l'aida à s'allonger sur son lit. Elle entreprit alors de lui enlever le lambeaux de sa chemise. Elle surprit son éternel sourire en coin. Comment pouvait-il encore trouver la force de sourire dans une situation pareille ?

"- Ne t'imagines rien ! Je dois nettoyer tes plaies et pour ça il faut enlever ta chemise ou plutôt ce qu'il en reste."

Pourtant, même si elle n'en disait rien et essayait de ne pas le faire paraître, Marianne était troublée par ce qu'elle voyait. Heureusement, ce fut le moment que choisirent Christabelle suivie de Betty pour entrer dans la pièce. La jeune femme se tourna vers son amie.

"- Je vais bien. Mais Robin a une côte cassée et plusieurs plaies. "

Betty s'était rapprochée et regardait Robin d'un air curieux. Marianne essaya de la rassurer.

"- Tout va bien mon ange. Oncle Robin a juste eu quelques ennuis avec des hommes peu recommandables. Je vais le soigner et il sera vite guérit."

En tout cas, Marianne l'espérait fortement. Elle se retourna vers lui et lui sourit. Elle prit doucement sa main dans la sienne. Le plus difficile était derrière eux.

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Robin des Bois
avatar
Prince des Voleurs
Messages : 974
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 26
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Dim 26 Juin - 23:46

Arrow Locklsey

Malgré ses souffrances et sa difficulté a marcher, Robin avait du obéir à sa belle Marianne qui n'avait nullement l'intention de laisser le prince des voleurs seul car, le danger n'était pas forcement éloigné. Chaque pas que Robin faisait lui faisait atrocement mal mais, Marianne pensait a tous et s'arrêtait régulièrement pour que le jeune homme se repose. Robin était toujours conscient mais, évitait de parler pour ne pas s'affaiblir d'avantage. Mais, cela ne l'empêchait pas de repensé au événement passé. le jeune homme avait fait la connaissance de Fenry et avait pu se rendre comte de l'esprit tordu de cette homme qui en plus d'œuvrer pour le Prince Jean et donc contre le roi Richard, avait une occupation très étrange qui consistait a s'amuser avec les femme, jusqu'à a les conduire a la mort. Une fois soigné, si cela était possible, Robin songea qu'il devrait se mettre immédiatement a la recherche de Fenry et cette fois ci il serait prêt et mettrait fin au jours de cette homme diabolique sans même lui accorder le moindre espoir de se repentir.

En fin d'après midi, Marianne et Robin arrivèrent enfin a Knighton et la jeune femme l'amena son fiancée dans une écurie ou elle le déposa dans un coin le temps de se changer. Robin, qui avait faillit être bruler vif, ne se sentait pas rassuré dans cette écurie et avait hâte d'y ressortir.


"- Tout va bien ? Je suis désolée d'avoir du te faire marcher. Je ... je vais me changer ici ... Enfin pas ici là ... Non ... Plus loin ..."


<Ca vas..aller mais...éloigne.pas..trop>


Robin fit un petit sourire a la jeune femme qui une fois de plus tentait de conserver sa pudeur, chose qu'un jour elle devrait céder à Robin qui attendait ce moment avec impatience, même s'il savait qu'il y avait encore du chemin a faire pour ca.

Le rapide baiser que déposa Marianne a son fiancée, fit grand bien à se dernier. La chaleur de Marianne le réconfortait et il se sentait entre de bonne main, même si secrètement il avait un peu peur de mourir en la laissant seul dans ce monde dangereux.
Quand Marianne réapparut une fois changé, Robin ne fit a peine l'effort de la regarder, il était épuisé et mal en point et commençait a s'endormir. Mais, il devrait attendre pour se reposer d'avantage, car sa douce le releva et l'accompagna jusqu'à sa chambre, après avoir été obligé de lui imposer l'effort de monter les escaliers. Il souffla un peu quand la jeune femme l'allongea sur le lit et quand elle s'approcha plus de lui pour lui enlever ce qu'il lui restait de chemise, le jeune homme ne put s'empêcher d'esquisser un sourire.


<Tu franchis un.grand pas...>

Robin avait un peu moins de mal a articuler car, maintenant qu'il était allongé, il pouvait au moins reprendre son souffle.

<Si. ton père me voyait..dans ton lit...>

"- Ne t'imagines rien ! Je dois nettoyer tes plaies et pour ça il faut enlever ta chemise ou plutôt ce qu'il en reste."

Robin se laissa faire et ferma les yeux pour se détendre un peu. Entre Marianne et lui, l'amour était indiscutable mais, leurs accolades étaient un peu plus rare et quand Robin pouvait profiter un peu de la situation, il le faisait avec le plus grand plaisir même si ce n'était pas toujours de l'avis de sa bien aimée.

Robin ouvrit les yeux quand la porte s'ouvra et il reconnu aussitôt Christabelle et la petite Betty. Il fut ravis de les voir ensemble, ce qui prouvait que Marianne l'avait quand même écouté en mettant la gamine a l'abri et en la confiant a une personne digne de confiance. Christabelle était la meilleurs amie de Marianne et par conséquent, le jeune homme avait aussi appris à la connaitre et savait qu'elle était une femme de confiance et de grand utilité.

<Hey..bonjour mesdemoiselles...quoi de neuf.. Chris..?>

Robin regarda Betty qui semblait inquiète. Soudain, l'homme toussa et cracha un peu de sang, ce qui fit reculer l'enfant.

"- Tout va bien mon ange. Oncle Robin a juste eu quelques ennuis avec des hommes peu recommandables. Je vais le soigner et il sera vite guérit."

<Ca..c'est..toi qui le dit....>

Même en très mauvais état, Robin savait se montrer énervant et peu rassurant. Tout de fois, Marianne lui sourit et le pris par la main. Il lui rendit son sourire et la regarda comme s'il la voyait pour la dernière fois.

<Laisse moi regarder..ton vis..age et le fixer dans mon cerveau, juste au cas..ou..sa serai...la fin pour moi.>

Puis il tourna sa tête vers Christabelle.

<C'est..grave..doc...?.>


Christabelle eu a peine le temps de réponde à Robin qui allait dire un mots de plus mais, la porte s'ouvrit de nouveau et le prince des voleurs fut très surpris de voir apparaitre Carl, en sueur et qui avait dans les bras un enfant tous tremblant et à demi inconscient.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lady Christabelle
avatar
Meilleure Amie de Marianne
Messages : 644
Date d'inscription : 16/02/2008
Age : 27
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
4/5  (4/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Mar 28 Juin - 10:58

Christabelle et la petite Betty triaient avec sérieux les onguents et autres herbes médicinales. L'enfant était relativement intéressée par ces travaux, Christabelle lui expliquait rapidement à quoi servait chaque herbe ou onguent qu'elles trouvaient, mais la jeune lady continuait à jeter des coups d'oeil au dehors attendant le retour de son amie. Elle était inquiète pour elle. Jamais elle n'avait demandé à Christabelle de préparer quoi que ce soit pour soigner des blessures. Après avoir lancer un nouveau regard vers l'écurie. La jeune femme observa la petite et lui sourit. Elle venait de terminer leur trie.

« -Hé bien, je pense que Marianne sera contente de voir que l'on a bien travaillé.
-D'ailleurs où est-elle ? Elle est allé voir de nouveau son amoureux ?
-Oui, je crois qu'elle est allé le chercher. Ils avaient des choses à se dire.
-Hum d'accord. Et toi tu es amoureuse ? »


Christabelle allait reprendre la caisse et s'arrêta dans son geste. Elle n'avait pas prévu une telle question venant de la petite. Pourquoi tout le monde se décidait à la questionner aujourd'hui sur sa vie sentimentale ? Elle réfléchit un instant à ce qu'elle pouvait lui dire La lady allait lui répondre quand un mouvement au dehors attira son attention. Elle fixa son regard vers l'écurie et vit deux silhouettes en ressortir. Elle reconnut Robin et Marianne. Ils avaient du mal à avancer. Christabelle devina l'endroit où ils iraient. Elle prit la caisse à présent rangée, et se tourna vers Betty.

« -C'est assez compliqué, il y a bien un homme ... Mais comme je t'ai dit c'est compliqué. Allez viens on va rejoindre Tante Marianne, si je ne me trompe, elle doit se trouver dans sa chambre à présent.
-T'es sûre qu'elle est là ?
-Plus ou moins. »


Les deux jeunes filles sortirent de la chambre et se dirigea vers celle de Marianne. Christabelle ouvrit la porte et vit Marianne penché sur le corps de Robin. Elle lança un regard inquiet à son amie, mais celle-ci la rassura, elle n'avait rien seul Robin était blessé. Robin les salua, et lui demanda des nouvelles, elle ne put répondre. Elle était sous le choc de voir autant de blessures sur le corps d'un seul homme. Elle posa la boîte qu'elle tenait sur la table de chevet . En passant prés de Marianne elle lui murmura quelques paroles.


« Tu es sûr que tu vas bien ? »

Malgré ce qu'elle disait elle n'avait pas l'air bien. Christabelle avait vu une légère tâche ensanglanté sur la robe de son amie au niveau de la cuisse. Christabelle eut du mal à garder son calme en attendant les paroles de son ami à Marianne. Se sentait-il si mal pour lui dire une chose pareil ? Robin ne pouvait pas mourir, parce que si tel était le cas Marianne serait anéanti. Elle attrapa quelques onguents et bandages, elle en donna à Marianne. Et elles se mirent à nettoyer les plaies.

<C'est..grave..doc...?.>

La jeune femme lui fit un léger sourire.

« Ne t'en fait pas, c'est pas aujourd'hui que le Shériff sera débarrassé de toi, ni même Gamwell. C'est un de ses hommes qui t'as fait ça ?»

Robin n'eut pas le temps de lui répondre, la porte venait de s'ouvrir sur hors-la-loi à bout de souffle. Christabelle mit quelques instant pour le reconnaître. Qu'est-ce que Carl faisait-il ici avec une enfant dans les bras ? Le jeune homme paraissait inquiet. Christabelle observa Carl, les sourcils fronçaient, elles n'allaient peut-être pas rentrer à Nottingham aussi vite, qu'elle l'aurait souhaité.


« -Que se passe-t-il ? »

_________________


Spoiler:
 



Membres de la  SCMPDQSLP
Membre de la CQS
Revenir en haut Aller en bas
http://lalouve-feerique.skyrock.com/
Carl
avatar
Hors-la-loi
Messages : 185
Date d'inscription : 15/04/2008
Age : 27
Localisation : la foret de Sherwood

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau RP:
4/5  (4/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Mer 29 Juin - 12:04

Arrow La forêt de Sherwood


Carl avait marché aussi vite qu'il l'avait pu avec l'enfant dans les bras. Theo avait toujours l'air mal en point, il ne disait rien et avait le regard dans le vide. Il s'était aussi mis à trembler. Carl avait dû mal à garder son sang froid, il commençait sérieusement à s'inquiéter pour l'enfant et il ne pouvait chasser ses amis Azeem et Serena rester à Nottingham face à Gamwell et ses acolytes. Les arbres devenaient de moins en moins nombreux, ils sortaient enfin de la forêt. Les alentours étaient assez calme. Il traversa la distance qu'il le séparait de la porte de la cuisine le plus rapidement qu'il le pouvait. Il vit alors une jeune servante et s'approcha d'elle. Il espérait sincèrement que la jeune femme ne le reconnaîtrait pas en tant que hors-la-loi. Il ne voulait pas causer d'ennuis la jeune lady et à son père. Il salua la domestique poliment. Celle-ci observa longuement l'enfant qu'il portait pui posa son attention vers Carl.

« -Excusez-moi, est-ce que lady Marianne est ici ?
-Que vous lui voulez-vous ?
-J'ai besoin d'aide pour cet enfant, il est malade. »


Elle posa à nouveau son regard sur Theo qui tremblait de plus en plus, puis sur Carl qui était de plus en plus anxieux.

« -Très bien, oui elle est ici avec Lady Christabelle. Elle doit se trouver dans sa chambre.
-Je vous remercie. »


La jeune femme lui expliqua où se trouvait la pièce et Carl parti vers la direction indiqué par la domestique. Il monta à l'étage, le plus discrètement possible. Il ouvrit la porte et vit les deux ladys penché sur un corps. Une petite fille le regarda de toute évidence intéressée. Il regarda l'homme allongé sur le lit et reconnut le chef des hors-la-loi. Que lui-était-il arrivé? Il ne manquait plus que ça Robin blessé et la personne qui s'en était prit à lui s'était acharnée.

« -Que se passe-t-il ? »

Lady Christabelle s'était penché et l'observait visiblement contrariée par son arrivé. Carl lança un regard à l'enfant qu'il portait puis aux personnes présentes.

« -Hum, c'est le petit Theo. Il est malade, il a de la fièvre et toute évidence il délire aussi. Je l'ai récupérer en ville. Il se faisait battre par Gamwell. J'étais plus proche d'ici que du camp. Je me suis permis de venir vous demander votre aide. Je suis désolé de vous dérangé mais il m'inquiète sérieusement.»

Il s'approcha et posa l'enfant à côté du lit du blessé pour que les jeunes femmes puissent s'occuper de lui. Il scruta son chef.


« -Qu'est-ce qui t'es arrivé Robin? Bon Dieu, on t'as pas loupé ! »

_________________


"Quand la loi redevient celle de la jungle, c'est un honneur que d'être déclaré hors-la-loi."
Revenir en haut Aller en bas
http://sinbadetcie.skyblog.com
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Mar 5 Juil - 19:55

Marianne sentit son cœur se serrer quand elle entendit Robin parler comme si sa dernière heure était venue. Il ne pouvait pas penser à ça. Christabelle et elle allaient le sortir de là. Ils avaient fait le plus difficile en revenant ici après qu'elle l'ai sorti de ces flammes. Il ne devait pas abandonner maintenant. Mais avant qu'elle ai pu gentiment le reprendre, Carl entra portant un enfant un peu plus grand que Betty dans les bras. Le pauvre enfant semblait mort de peur, de faim et de fatigue. Christabelle devança la jeune femme et demanda ce qu'il se passait.

« -Hum, c'est le petit Theo. Il est malade, il a de la fièvre et toute évidence il délire aussi. Je l'ai récupérer en ville. Il se faisait battre par Gamwell. J'étais plus proche d'ici que du camp. Je me suis permis de venir vous demander votre aide. Je suis désolé de vous dérangé mais il m'inquiète sérieusement.»

Marianne se mit alors à réfléchir très vite. Gamwell ! C'était l'excuse qu'elle avait donné à Christabelle pour la faire venir ici. Elle devait rattraper les choses et intervenir avant que quelqu'un ne fasse un impair. Elle se leva donc rapidement et s'avança vers Carl et le jeune garçon.

« - Au moins nous savons ce que faisait Gamwell. Ceux sont des mercenaires qui ont fait ça à Robin. Je l'ai sorti juste à temps d'une grange en flammes à Locksley. Je ne sais pas qui est derrière tout ça mais c'était moins une. »

Voilà qui devrait contenter Carl pour le moment. Du reste, elle n'avait pas menti puisque Fenry avait engagé des mercenaires pour faire le sale boulot à sa place. Elle observa l'enfant, ouvrit ses paupières et toucha son front. Il était frigorifié, mal nourrit sans aucun doute et surtout il avait été blessé.

« - Cet enfant, à froid et surtout il souffre de mauvaise nutrition. Il n'a sans doute pas eu de vrai repas depuis longtemps. Pas étonnant qu'il n'ai pas supporter de se faire battre. Il est très faible. Il y a de l'eau tiède dans le broc là. Il faut le laver doucement et ne surtout pas le plonger dans l'eau. Le choc serait trop fort et il ne tiendrait pas. Lave-le avec un chiffon. Christa ? Veux-tu prendre soin des blessures du jeune garçon un instant. Betty ? Mon ange va à la cuisine et demande deux bols de bouillon. Le garçon ne pourra pas manger autre chose que ça et Robin non plus. Je m'occupe de Robin. »

Encore une fois, Marianne avait tout organisé sans s'en rendre compte. Elle se dit soudain qu'elle n'aurait pas du être si directive mais elle réagissait toujours comme ça. Elle reprit sa tâche de nettoyer les blessures de Robin. Un peu plus propre, on pouvait voir l'étendue des dégâts. Il aurait quelques cicatrices de plus. Mais ce qui l'inquiétait c'était ce qu'elle ne pouvait pas voir. Elle retira le bandage de fortune autour des côtes. Elle observa un instant le torse de son fiancé se gonfler difficilement avec sa respiration. Il n'y avait pas de grosseurs, pas d'enflements. Donc surement pas de dommages internes. Elle n'était pas physicien mais elle espérait ne pas se tromper. Elle enleva le bout de tissu, devenu rouge, qui bouchait la blessure du hors-la-loi. Elle passa sa main dans ses cheveux.

« - Tu vas surement avoir mal mon amour. »

Elle n'attendit pas sa réponse et versa de l'alcool sur la plaie. Une fois clarifiée, la plaie semblait déjà avoir meilleure mine. Elle attrapa une de ses aiguilles et la frotta avec de l'alcool. Elle devait refermer. Elle lui fit respirer une décoction pour l'endormir un peu et commença à recoudre. Elle essaya de faire au plus vite pour ne pas le faire souffrir longtemps. Une fois fait, elle noua le fil et posa un onguent sur chaque plaie du bout des doigts.

« - C'est la partie la plus agréable. »

Elle essayait de faire de l'humour pour détendre l'atmosphère. C'était plutôt Robin qui faisait ça d'habitude mais il n'était pas en état. Elle voulait le rassurer. Ils allaient tous s'en sortir. Tous ! Elle y veillerait.

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Lady Christabelle
avatar
Meilleure Amie de Marianne
Messages : 644
Date d'inscription : 16/02/2008
Age : 27
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
4/5  (4/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Ven 22 Juil - 14:02

Christabelle observait Carl d'un œil critique, si jamais il venait à l'esprit de Guisbourne de venir voir Marianne. Avec les deux hors-la-loi dans le manoir, Marianne serait dans une position des plus compliqués.

« -Hum, c'est le petit Theo. Il est malade, il a de la fièvre et toute évidence il délire aussi. Je l'ai récupérer en ville. Il se faisait battre par Gamwell. J'étais plus proche d'ici que du camp. Je me suis permis de venir vous demander votre aide. Je suis désolé de vous dérangé mais il m'inquiète sérieusement.»


Gamwell ?.. Elle l'avait quitté peu de temps auparavant et Robin était allé à Gamwell pour se battre avec lui. Alors qui lui avait fait ça si ce n'était pas John Gamwell ? Christabelle baissa les yeux vers Robin et fronça les sourcils. Marianne fut très rapide et s'approcha du petit Théo et de Carl.


« - Au moins nous savons ce que faisait Gamwell. Ceux sont des mercenaires qui ont fait ça à Robin. Je l'ai sorti juste à temps d'une grange en flammes à Locksley. Je ne sais pas qui est derrière tout ça mais c'était moins une. »


Des mercenaires ? Oui c'était assez logique, il n'allait pas ce salir les mains et risquer sa vie pour Robin quand il peut payer des hommes pour faire ça. Marianne prit les devant et examina l'enfant.



« Cet enfant, à froid et surtout il souffre de mauvaise nutrition. Il n'a sans doute pas eu de vrai repas depuis longtemps. Pas étonnant qu'il n'ai pas supporter de se faire battre. Il est très faible. Il y a de l'eau tiède dans le broc là. Il faut le laver doucement et ne surtout pas le plonger dans l'eau. Le choc serait trop fort et il ne tiendrait pas. Lave-le avec un chiffon. Christa ? Veux-tu prendre soin des blessures du jeune garçon un instant. Betty ? Mon ange va à la cuisine et demande deux bols de bouillon. Le garçon ne pourra pas manger autre chose que ça et Robin non plus. Je m'occupe de Robin. »


Christabelle approuve d'un signe de tête et s'approcha de Carl et de Theo. Le hors-la-loi avait pris le broc et commença à laver le jeune garçon avec douceur comme l'avait demander Marianne. Christabelle l'aida du mieux qu'elle pu. Le jeune garçon se laissa faire sans rien dire. Une fois l'enfant laver, Christa lui sourit et pris quelques onguents pour les passer sur ses blessures.

« -Bien Theo, je vais te passer ceci, pour que tu ailles mieux. Au fait, moi c'est Christa. Je vais essayer de ne pas te faire mal. Mais si jamais c'est le cas n'hésite pas dis-le moi. D'accord ? »

La jeune lady lança un regard vers Marianne qui s'occupait de Robin. Elle avait finit de lui nettoyer les plaies et passer l'onguent. L'état de Robin inquiétait Christa. Elle ne l'avait jamais vu dans cet état. Ça lui rappelait l'état de certains blessés de la bataille au camp des hors-la-loi.

_________________


Spoiler:
 



Membres de la  SCMPDQSLP
Membre de la CQS
Revenir en haut Aller en bas
http://lalouve-feerique.skyrock.com/
Robin des Bois
avatar
Prince des Voleurs
Messages : 974
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 26
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Mer 3 Aoû - 19:10

Robin malgré ses douleurs, se concentra sur Carl et plus précisément sur la personne qu'il avait dans les bras. L'enfant avait l'air en très mauvaise état et Carl était plutôt inquiet. Le prince des voleurs commençait à se demander si la paix finirait par revenir car les choses ne semblaient jamais s’arranger.

« -Hum, c'est le petit Theo. Il est malade, il a de la fièvre et toute évidence il délire aussi. Je l'ai récupérer en ville. Il se faisait battre par Gamwell. J'étais plus proche d'ici que du camp. Je me suis permis de venir vous demander votre aide. Je suis désolé de vous dérangé mais il m'inquiète sérieusement.»

Gamwell, toujours gamwell, en entendant ce nom, Robin essaya de se redresser un peu, il avait une fois de plus envie de rappeler à tous le monde que John était un fou furieux mais, ce n'était peu être pas le bon moment pour s'énerver et ouvrir quelques plais.


" Étrangement.je ne suis pas surpris.. enfin bref..ce n’est pas le moment pour dire que j'ai toujours raison. "

Robin fit une grimace et regarda Carl qui lui paraissait un peu flou, le prince des voleurs secoua un peu la tête pour mieux y voir.

« -Qu'est-ce qui t'es arrivé Robin? Bon Dieu, on t'as pas loupé ! »

Robin allait tenter de parler mais, il retomba brusquement sur le matelas , il était à bout de force et le moindre geste lui faisait atrocement mal. Il se contenta de regarder sa belle qui parlait à sa place en oubliant volontairement de parler de Fenry. Robin commença à songer que ce n'était pas une bonne idée de cacher ce genre de chose car la situation était de plus en plus grave et s'il s'en sortait il organiserait probablement une battu pour se débarrasser du collectionneur de femme. Mais, en attendant il devait rester tranquille et de toute manière dans l’état ou il était il ne pourrait pas aller bien loin. Robin tourna la tête vers l'enfant qui avait été déposé sur un autre lit. Le petit était mal en point et murmurait des choses incompréhensible et Robin cru même entendre son propre nom , de la bouche de l'enfant.

Robin reposa son regard sur Marianne qui s'était approché de lui pour le soigner. La jeune femme était très délicate dans ses mouvement et Robin sentait sur son torse, les mains de Marianne trembler.


"Je...je ne suis pas en sucre..ma douce."

Marianne ne pris pas la peine de rependre a Robin et sortit une fiole d'alcool pour la rependre sur la blessure. Quand la première goutte tomba sur le corps de Robin, ce dernier se retint de hurler, ça douleur était atroce et il n'arrivait même plus à voir le visage de sa bien aimer.

Quand Marianne continuait de le soigner, Robin essaya de reprendre un peu son souffle pour murmurer quelques mots à sa fiancée.

"Marianne, il vas ..arg. faloir ..qu'ont leur.dise la arrg.. vérité."

Le jeune homme n'en dit pas plus et ferma un moment les yeux pour se reposer un peu mais, toute fois il ne dormait pas, il était juste un peu comateux et n'avait plus la force de rouvrir les yeux pour affronter le regard triste de Marianne. Il avait temps de fois rendu malheureuse Marianne, elle ne méritait pas cela. Il se vida l'esprit et continua d'écouter se qu'il se passait au tour de lui, il entendait le souffle de Marianne et un peu plus loin, la voix de Christabelle qui parlait à l'enfant qui semblait dans un meilleur état et même apte à répondre.


« -Bien Theo, je vais te passer ceci, pour que tu ailles mieux. Au fait, moi c'est Christa. Je vais essayer de ne pas te faire mal. Mais si jamais c'est le cas n'hésite pas dis-le moi. D'accord ? »

"Merci, vous êtes gentille, qui.. robin des bois vas s'en sortir?"

Theodor était fatigué mais, ce sentait un peu mieux et ne pouvait pas s’empêcher de regarder Robin qui était dans état lamentable. Theodor admirait ce justicier qu'il n'avait jamais personnellement rencontrer et c’est les larmes au yeux qu'il s'adressa a Christabelle.

"Je ne veux pas qu'il meurt, j'ai.. on a besoin de lui."

En évoquant la mort, le garçon se rendit conte que Marianne avait sursauter. Il la regarda de ses grand yeux vert.


"Pardon mademoiselle...."

Dans le lit, Robin avait toujours les yeux fermés et des gouttes de sueurs coulaient de son visage, il se sentait très mal, comme aspiré par un trou noir sans pouvoir regarder derrière.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Mar 9 Aoû - 18:50

En temps normal, Marianne aurait immédiatement dit la vérité à son amie sur les évènemens. Mais la situation était telle qu'elle ne pouvait lui dire immédiatement sans engendrer une situation pire encore. Elle savait que Christabelle serait surement en colère contre elle. Mais il vallait mieux lui dire plus tard. Elle avait d'autres choses en tête. L'état de santé de Robin était inquiétant. Il avait perdu beaucoup de sang et était de plus en plus faible.

"Je ne veux pas qu'il meurt, j'ai.. on a besoin de lui."

Marianne ne put réprimer un sursaut. Le jeune garçon s'excusa. Pourtant Marianne ne pouvait pas nier que le plus gros risque était de voir Robin succomber à ses blessures. C'était même sa plus grosse peur. Elle n'était pas seule à avoir besoin de lui, même si elle en avait sans doute un peu plus besoin que les autres. Elle finissait de passer l'onguent sur les blessures quand elle vit le front de son fiancé perler de grosses gouttes de sueur. Il semblait perdre pied peu à peu. Marianne posa sa main sur son front. Il était légèrement chaud. Elle chercha des yeux ce qui pouvait clocher. Elle avait complètement inspecté son torse. Elle s'était occupé de toutes ses blessures. Mais quand elle baissa les yeux vers ses jambes, elle remarqua une légère tâche rouge sur sa cuisse. Elle se releva et chercha un poignard dans sa chambre avant de revenir au côté du hors-la-loi. Elle découpa un morceau du pantalon et découvrit une entaille de taille moyenne qui suintait. Il y avait comme des éclats de bois dedans. Elle se retourna vers Carl.

"- Carl ! Maintien-le ... Je dois retirer les éclats et les chaires putrides. "

Une fois Robin maintenu, la jeune femme commença à retirer les morceaux de bois et à gratter les chaires. Le hors-la-loi se tordait de douleur mais elle devait finir l'opération. Cela prit un moment avant que la blessure soit claire. Elle versa de l'alcool. Mais Robin était de plus en plus pâle. Il lui fallait de quoi se requinquer tout de suite ou alors sa faiblesse aurait raison de lui. Elle courut chercher un pot de miel dan sa malle qu'elle gardait pour soigner ses maux de gorge en hiver. Le miel associé à une alimentation riche mais simple devrait lui redonner de l'énergie. Elle retourna à son chevet et lui donna plusieurs fois du miel. Elle donna le pot à Carl.

"- Donne-lui en régulièrement. Je dois bander ses blessures."

Elle prit alors des bandages et commença à les poser sur chacune des blessures. En même temps qu'elle faisait ses gestes, elle pria en secret pour que tout ce passe bien. Elle sentit alors une petite main se poser sur son bras. Elle releva la tête pour voir Betty qui lui souriait. Elle avait rapporter les deux bols de soupe.

"- Je peux lui donner si tu veux tante Marianne ?"

Marianne acquiessa. Betty prit le bol et s'approcha de Robin. Elle prit avec application une petite cuillère et commença à lui donner. L'image aurait pu être comique si la situation n'était pas si tendue et difficile.

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Carl
avatar
Hors-la-loi
Messages : 185
Date d'inscription : 15/04/2008
Age : 27
Localisation : la foret de Sherwood

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau RP:
4/5  (4/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Jeu 11 Aoû - 11:18

Ce fut Marianne qui répondit à Carl. Robin c'était rendu chez Gamwell à Locksley pour en découdre avec lui. Carl secoua la tête, à quoi Robin pouvait bien penser pour aller se jeter ainsi dans la gueule du loup? Était-il totalement stupide pour faire une chose pareil ? Certainement.. La jeune femme se tourna enfin vers le petit Theo , elle l'examina rapidement. Carl espérait que le petit n'avait rien de grave.

« - Cet enfant, à froid et surtout il souffre de mauvaise nutrition. Il n'a sans doute pas eu de vrai repas depuis longtemps. Pas étonnant qu'il n'ai pas supporter de se faire battre. Il est très faible. Il y a de l'eau tiède dans le broc là. Il faut le laver doucement et ne surtout pas le plonger dans l'eau. Le choc serait trop fort et il ne tiendrait pas. Lave-le avec un chiffon. Christa ? Veux-tu prendre soin des blessures du jeune garçon un instant. Betty ? Mon ange va à la cuisine et demande deux bols de bouillon. Le garçon ne pourra pas manger autre chose que ça et Robin non plus. Je m'occupe de Robin. »

Mauvaise nutrition, rien d'étonnant, il était de plus en plus difficile de se nourrir. Carl acquiesça d'un signe de tête et prit le broc qu'avait désigné la jeune lady. Carl commença à nettoyer le petit Theo et Christabelle vint le rejoindre peu de temps après. Elle l'aida à laver l'enfant. Puis elle prit les onguents et les passa sur les blessures du gamin. Carl l'observa, elle était réellement douce avec le petit, elle lui parla calmement. Elle était faite pour avoir des enfants, cela se voyait. Carl lâcha la jeune lady des yeux en entendant la voix de Theodor.

"Merci, vous êtes gentille, qui.. robin des bois vas s'en sortir?"


Le hors-la-loi ouvrit puis referma la bouche. Theo venait de poser une question des plus importantes. Est-ce que Robin allait s'en sortir? Il le fallait, le combat contre l'injustice ne pouvait s'arrêter là. Robin ne pouvait mourir maintenant.

"Je ne veux pas qu'il meurt, j'ai.. on a besoin de lui."

Oui, ils avaient tous besoin de Robin des bois. Marianne sursauta ce qui n'échappa à personne. Carl posa les yeux sur le petit et mit une main réconfortante sur son épaule. Il s'accroupit prés de lui.

« -Elle fait tout ce qu'elle peut pour le sauver.. Je suis certain que Robin s'en sortira. Il ne peut en être autrement. »

Carl aperçu Marianne se lever et chercher quelque chose dans sa chambre. Il se releva et regarda ce que faisait la lady sur le corps de son ami. Elle se tourna ensuite vers lui.

"- Carl ! Maintien-le ... Je dois retirer les éclats et les chaires putrides. "

Carl se précipita vers le lit et appuya sur les épaules de Robin pour le maintenir allonger. Son chef se tortillait et grimaçait de douleur sur le lit. Le hors-la-loi, observa les gestes minutieux de la jeune femme, elle retirait les morceaux de bois un à un sans sourciller. Carl ne pouvait être qu'admiratif devant le courage de lady Marianne. Elle versa ensuite de l'alcool sur la blessure, Carl grimaça en imaginant la douleur de son chef. Elle s'éloigna à nouveau et attrapa un pot. Carl s'aperçut que c'était du miel quand la lady en donna à son ami. Le jeune homme lâcha enfin le prince des voleurs et observa la scène jusqu'à ce que Marianne lui tende le pot.

"- Donne-lui en régulièrement. Je dois bander ses blessures."


Carl acquiesça à nouveau et tendit la cuillère à Robin, il lui donna ainsi le miel pendant que la jeune noble bandait ses blessures jusqu'à ce que la petite fille qui était partie à la cuisine revienne et donne la soupe à son chef. Il posa alors le pot de miel sur la table de chevet et s'approcha de Marianne.


« -Il va s'en sortir n'est-ce pas? En tout cas, soyez sûre que Gamwell paiera pour ça aussi... »

La dette de Gamwell ne faisait que s'agrandir mais Carl n'oublierais jamais ce qu'il avait fait à ses amis.

_________________


"Quand la loi redevient celle de la jungle, c'est un honneur que d'être déclaré hors-la-loi."
Revenir en haut Aller en bas
http://sinbadetcie.skyblog.com
Robin des Bois
avatar
Prince des Voleurs
Messages : 974
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 26
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Dim 14 Aoû - 14:09

Quand Robin ré ouvrit les yeux, il avait bien évidemment toujours mal mais, il se sentait un peu reposé et avait moins de mal a resté éveillé et il profita de cette occasion pour se redresser un peu sur le lit et regarder au tour de lui, ses compagnons semblaient tous très tendu et inquiets. Mais malgré cela, les amis de Robin des bois faisaient tous pour le sauver et sans eux il ne resterait plus rien du fier défenseur de la pauvreté. Tout au long de ce qu'il pouvait appeler "ses aventures " Robin avait eu à subir de nombreuses pertes et plus d'une fois il avait mis sa petite troupe en danger et souvent il avait songé à tous arrêter. Aujourd'hui, il ne pensait plus à cela, car à nouveau, ses amis étaient prêt de lui et l'encourageait à survivre.

Soudain, il eu une nouvelle montée de fièvre et il se rallongea sur le lit, sentant la douleur monter en lui, il devrait se montrer patient avant d'être rétablit, chose qu'il n'avait aucunement l'intention de faire parce qu'il avait une grande mission à accomplir et un horrible individu auquel il fallait stopper la folie.

Carl ! Maintien-le ... Je dois retirer les éclats et les chaires putrides. "

Les mots de Marianne sortirent robin de ses pensées et il regarda, non sans peine sa fiancée qui le soignait tendis que Carl, le tenais. La douleur était dur a supporter mais, Robin n'avait pas la force de se débattre et ce laissa donc faire en essayent de ravaler sa douleur. Une fois les soins effectué, Robin accepta volontiers le délicieux miel que sa belle lui donnait a manger, ce fut ensuite le tour de Carl de le nourrir et Robin ne put s'empêcher de faire un sourire a son compagnon.

"Merci beau damoiseau"

Robin baissa la tête et observa la petite Betty qui était arrivé avec des bols de soupe. L'odeur qui en émanait était très agréable et tendis que Marianne et Carl s'étaient mis a l'écart pour parler, Robin se fit nourrir par Betty qui semblait très inquiète.

"Merci beaucoup, ne soit pas inquiète je vais m'en sortir, j'ai déjà connu pire."


Il fit un clin d’œil à la gamine et une fois rassasié, il pausa une main sur la tête de Betty et lui tira la langue.

"J'ai tous fini, maintenant, j'aimerais que tu donnes a mangé au petit garçon, il n'a pas l'air en très grande forme non plus. "

Robin regarda la petite fille s'éloigner et rejoindre Christabelle et Theo. Le jeune garçon regardait Robin avec insistance et beaucoup de peine. Robin lui fit un petit signe de la main pour lui dire que tous allait bien se passer mais, dans les yeux de Theo il crut lire une certaine déception, comme ci l'enfant attendait de grandes choses de la part de l'homme des bois. Une fois qu'il serrait reposé, Robin ce promis d'accorder un peu de temps a cette enfant pour comprendre ce qu'il attendait de lui.

Le prince des voleurs reposa son regard sur Marianne qui s'était assise dans un coin et parlait avec Carl. Robin n'arrivait pas à entendre ce qu'ils se disaient mais, pour une fois il ne se montra pas curieux et profita que tout le monde était occupé pour dormir un peu. Il ferma doucement les yeux et vida son esprit, une fois reposer et après de longues heures de sommeil, il aurait une discussion importante avec tout le monde et leur dévoileraient la vérité sur l'homme a l'origine de bien des traqua et du mauvais état de Robin.

Laissant sa sécurité et sa vie entre les mains de ses compagnons, Robin s'endormit pour un long moment.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lady Christabelle
avatar
Meilleure Amie de Marianne
Messages : 644
Date d'inscription : 16/02/2008
Age : 27
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
4/5  (4/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Lun 22 Aoû - 18:41

Christabelle passa les onguents sur les quelques blessures du jeune garçon. Cela ne dura pas longtemps. Le jeune Theo lui sourit timidement.

"Merci, vous êtes gentille, qui.. robin des bois vas s'en sortir?"

La jeune Lady pinça les lèvres et fronça les sourcils. Elle ignorait si Robin s'en sortirait mais elle refusait de l'avouer.

"Je ne veux pas qu'il meurt, j'ai.. on a besoin de lui."


L'Angleterre avait besoin de Robin des Bois, en effet. Christabelle vit Marianne sursauter aux mots de l'enfant. Elle n'osa imaginer l'état de son amie, si Robin venait à mourir. La jeune femme réfléchissait à ce qu'elle pouvait répondre à l'enfant quand elle vit Carl s'accroupir près de l'enfant.


« -Elle fait tout ce qu'elle peut pour le sauver.. Je suis certain que Robin s'en sortira. Il ne peut en être autrement. »

Elle sourit timidement, jamais elle n'avait vu ce jeune homme si gentil avec qui que ce soit. Comme quoi les enfants pouvaient faire ressortir le meilleur des gens. Elle observait le jeune Theo, il semblait perdu et triste de voir Robin ainsi. Christabelle sursauta quand elle entendit Marianne appelait Carl.

"- Carl ! Maintien-le ... Je dois retirer les éclats et les chaires putrides. "

Christabelle déglutit, c'était pire que ce qu'elle ne croyait. Carl s'approcha du blessé et fit ce que lui demandé Marianne. Christabelle posa à son tour une main sur l'épaule du jeune garçon. Ils regardèrent tout deux, Carl et Marianne s'affairer sur le corps de Robin en silence. Jamais, la jeune lady avait été aussi inquiète pour le chef des hors-la-loi. Marianne attrapa un pot dans sa malle et donna à manger au malade puis le tendit à Carl pour qu'il prenne le relais. Christa lançait de temps à autres des regards au jeune garçon en lui faisant des sourires qu'elle voulait réconfortant. La porte s'ouvrit. La jeune femme se retourna vivement et vit Betty entrer avec deux bols de soupes comme Marianne lui avait demandé. Elle s'approcha rapidement du lit et proposa son aide. Betty donna la soupe à Robin pendant que Carl et Marianne discutaient. Une fois que Robin eut terminé son bol Betty s'approcha de Christabelle et de l'enfant. Elle tendit le bol à Theo et lui dit.

« -Tient c'est pour toi. »

Christabelle leur sourit.

« - Ça te fera du bien. »

Christabelle resta auprès des enfants laissant Marianne et le hors-la-loi parlaient entre eux.

_________________


Spoiler:
 



Membres de la  SCMPDQSLP
Membre de la CQS
Revenir en haut Aller en bas
http://lalouve-feerique.skyrock.com/
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Dim 25 Sep - 14:55

« -Il va s'en sortir n'est-ce pas? En tout cas, soyez sûre que Gamwell paiera pour ça aussi... »

S'en sortir ... C'était ça la clef. C'était ce qu'elle avait fait pendant les années où Robin était aux Croisades. Elle s'était battue à sa manière pour survivre et permettre aux siens de faire de même. Elle était bien consciente que sans sa détermination à se faire bien voir du nouveau régime, son père, l'ancien Shérif, aurait pu être mis à mort. Et elle avait réussi presque parfaitement dans sa tâche. Elle était sauve avec son père et surtout relativement libre. Mais depuis que Robin était revenu, chacune de ses actions pouvait détruire ce qu'elle avait mis du temps à gagner et à construire. Pourtant, elle ne regrettait pas. Elle aurait sacrifié sa précieuse liberté pour préserver l'homme qu'elle aimait. Mais sur sa balance, elle avait d'un côté son amour pour Robin et de l'autre celui pour son père et ceux qui lui étaient le plus cher. L'équilibre n'existe pas. Toujours elle doit choisir. Mais quand c'est à cause d'elle que ce qu'elle aime souffre, Marianne réagit toujours violemment. Robin avait failli y passer à cause d'elle. Et même si elle avait fait de son mieux pour le maintenir en vie, la nuit qui venait allait être décisive. Elle s'assit dans un coin de la chambre tout en regardant Betty donner le bouillon aux deux malades.

"- Tu devrais attendre avant de présenter tes créances à Gamwell. Tout n'est pas toujours aussi simple qu'il y parait. Et pour Robin ... J'ai fait mon maximum ... Il faut attendre et surveille tout signe d'infection ... Des pertes de connaissance, une fièvre ... S'il passe la nuit, il aura deux fois plus de chances de se rétablir vite. En attendant, il faut surveiller et attendre. "

Carl semblait avoir de lourds griefs contre John. Ce n'était pas étonnant après ce qu'il avait fait contre Robin et les hors-la-loi de la forêt. Mais ses dernières paroles impliquaient une douleur plus récente. Gamwell aurait-il fait encore un de ces mauvais tours ? Il n'était un seigneur idéal mais il essayait de faire prospérer sa terre et ses gens. Et surtout il valait mieux que le Shérif ! Il ne fallait pas se lancer à nouveau dans un combat perdu d'avance. Même si les hommes qui entouraient Gamwell était pour certains sur de leur supériorité en tant que mâle, ils étaient surtout de redoutables combattants. Il ne fallait pas risquer de perdre encore d'autres hommes. Ce combat devrait attendre le retour de Richard. De plus, Fenry ne tarderait pas à savoir que quelqu'un avait sorti Robin des flammes et quand il le saurait, il voudrait sans aucun doute finir le travail. Ils devaient rester vigilant.

"- Peux-tu me dire exactement ce qu'il s'est passé avec Gamwell pour que tu réclames vengeance avec cette force ? Crois-moi je comprends et je partage la douleur de sa trahison. Mais chaque chose en son temps. Gamwell n'est pas une priorité. Richard oui ! Enfin ... Tu devrais te reposer. Robin comptera sur toi pour l'aider à rentrer. Je vais veiller. Je ne voudrais que Guisbourne ou un autre nous découvre tous ici. Je pourrais regarder la corde en face mais je ne supporterais pas de vous voir l'affronter avec moi. "

Elle se leva et demanda à Christabelle d'aller chercher en bas de quoi dîner pour tous le monde. Puis elle se rassit près de la fenêtre pour voir la route. Betty vint se poser sur ses genoux. La jeune femme enroula un châle autour de la petite fille. Elle n'avait pas le coeur à la mettre au lit. Carl vint s'asseoir juste à côté. Il semblait avoir des choses à raconter.

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Carl
avatar
Hors-la-loi
Messages : 185
Date d'inscription : 15/04/2008
Age : 27
Localisation : la foret de Sherwood

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau RP:
4/5  (4/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Mer 28 Sep - 13:06

Carl observait la jeune lady en silence. Elle semblait perdu dans ses pensées. Puis il reposa son attention sur son chef. Comment feraient-ils tous si il ne survivait pas ? Carl l'ignorait et ne supportait pas l'idée qu'il puisse y rester. Carl soupira. Le camp de Robin des Bois ne pouvait pas continuer sans lui. Le hors-la-loi posa les yeux sur Marianne qui s'assit dans un coin de la pièce. Il s'approcha d'elle.

"- Tu devrais attendre avant de présenter tes créances à Gamwell. Tout n'est pas toujours aussi simple qu'il y parait. Et pour Robin ... J'ai fait mon maximum ... Il faut attendre et surveille tout signe d'infection ... Des pertes de connaissance, une fièvre ... S'il passe la nuit, il aura deux fois plus de chances de se rétablir vite. En attendant, il faut surveiller et attendre. "


Carl acquiesça d'un signe de tête même si il pensait fortement qu'avec Gamwell la situation était des plus simples. Il avait trahis les hors-la-loi en les attaquant avec une véritable armée, il lui avait enlevé Winni, il frappait un enfant parce qu'il volait pour survivre et avait fait battre Robin... Où la situation était compliqué ? Carl ne le voyait vraiment pas.
Marianne lui expliqua que si Robin passait la nuit, il aurait plus de chance de s'en remettre. Il ne leur resterait plus qu'à prier pour leur ami. Il n'y avait plus que cela à faire. Mais Carl avait plus besoin d'action que de prières. Il ne supportait plus de rester inactif depuis la bataille du camp des hors-la-loi. Trop de choses lui étaient revenus en mémoire.


"- Peux-tu me dire exactement ce qu'il s'est passé avec Gamwell pour que tu réclames vengeance avec cette force ? Crois-moi je comprends et je partage la douleur de sa trahison. Mais chaque chose en son temps. Gamwell n'est pas une priorité. Richard oui ! Enfin ... Tu devrais te reposer. Robin comptera sur toi pour l'aider à rentrer. Je vais veiller. Je ne voudrais que Guisbourne ou un autre nous découvre tous ici. Je pourrais regarder la corde en face mais je ne supporterais pas de vous voir l'affronter avec moi. "

Carl observa à nouveau la lady. Comment pouvait-elle être aussi forte et courageuse ? C'était rare pour une noble. Le jeune homme ne pouvait être qu'admiratif devant la force de caractère de Marianne. Marianne lui proposait de se reposer ? Carl n'avait aucune envie de se reposer. Christabelle sortit chercher à manger comme lui avait demander Marianne. La petite fille se mit sur les genoux de la jeune femme. Carl s'assit près d'elles. Il observa la jeune enfant quelques instants.

« -Vous me demandiez ce que je reproche exactement à Gamwell, ce n'est pas bien compliqué. En premier lieu sa trahison, comme vous l'avez mentionné. Mais aussi, le fait qu'il est éloigné Winni de nous, l'état de Robin à présent. Et aussi la façon dont il a traité le petit Theo. Vous dites que la situation est plus compliquée qu'elle en a l'air, mais je ne voit pas en quoi. Gamwell est responsable de tout ça, il doit payé. C'est très simple. La corde, je la mérite bien plus que vous, beaucoup de personnes ont besoin de vous à commencer par cette petite. Vous n'avez pas à l'affronter à notre place pour nous protéger.»


Oh que oui, il paierait. Carl ne savait pas encore où, quand et comment, mais il le ferait payer pour tout ce qu'il avait pu faire.

_________________


"Quand la loi redevient celle de la jungle, c'est un honneur que d'être déclaré hors-la-loi."
Revenir en haut Aller en bas
http://sinbadetcie.skyblog.com
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Mer 2 Nov - 14:40

Le pauvre Carl semblait la prendre pour une sainte. Mais elle n'en était sûrement pas une. Elle avait bien des choses à se reprocher à commencer par le fait de ne pas avoir réagit à de nombreuses reprises quand son honneur aurait exigé le contraire. Elle avait des devoirs envers ceux qu'elle aimait. Mais elle savait aussi que se cacher derrière ses devoirs ne serait qu'une solution temporaire. Un jour, on lui demanderait de choisir précisément son camp. Tout mettre sur le dos de Gamwell était facile. Mais lui au moins avait eu le courage de prendre une décision même si ce n'était pas la bonne pour beaucoup de monde.

"- Gamwell est juste sur ses terres. S'il en était autrement, je n'aurais pas garanti ses terres et je n'aurais pas été le voir. Je suppose que ce jeune Théo avait voulu le voler ? John était dans son droit de le punir et il l'aurait sans doute fait d'une manière plus douce que le Shérif. Mais là n'est pas la question. Il ne faut pas se laisser obnubiler par des désirs de vengeance personnelle. Il y aura un temps pour tout et la justice viendra. Pour le moment ce qui m'inquiète c'est le ceinturage en règle du comté par mon cousin Jean. Et même s'il partait demain, il resterait son chien de garde, Sir Percy. Cet homme est la peste et le choléra associées. "


Il fallait qu'elle recueille des informations en plus sur les plans de Jean. La messe du lendemain devrait se montrer instructive. Elle devrait y paraître à son avantage. Mais avec cette veillée, cela lui demanderait beaucoup d'efforts. Betty venait de s'endormir dans ses bras. Marianne se leva doucement et partit coucher la petite fille dans la pièce attenante qui lui servait de chambre. Elle revint ensuite prendre place sur la chaise à côté de la fenêtre.

"- Carl, Robin ne sera sûrement pas en état de prendre une quelconque décision dans les jours à venir. J'aurais besoin d'aide ... de votre aide ... Je suis persuadée que Jean prépare un mauvais coup. Mais toute seule, il me sera difficile de rassembler assez d'informations. Je voudrais que des hommes traînent en ville et essaye de récupérer des informations. Il y a beaucoup de jouteurs, d'écuyers et de soldats ... Leur payer à boire pourrait être un bon moyen de leur soutirer des informations sur ce que prépare mon cousin. Tout est bon à prendre : des rumeurs, des ordres ... peu importe ! Il me faut juste de quoi prouver que quelque chose se trame. Mais ne vous faites pas pendre pour autant."

Robin resterait ici sous la garde de personne de confiance. Marianne devait avancer. Elle ignorait encore quand le hors-la-loi se remettrait complètement et il y avait urgence.

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Theodor
avatar
Rapporteur de Robin
Messages : 135
Date d'inscription : 20/04/2009
MessageSujet: Re: Visite filiale Lun 14 Nov - 14:21

Theodor se sentait beaucoup mieux depuis son arrivé. Les amis de Robin avait pris soin de lui et l'enfant se sentait rassuré en aussi bonne compagnie. Il accepta avec joie le bol de soupe apporté par Bety et que lui tendit Christabelle. Cette femme en plus d’être charmante, plaisait beaucoup a Theo car elle était attentionné et ses paroles douces. Theodor attrapa le bol de soupe d'une main tremblante et fit un petit sourire a Christabelle et ne put s’empêcher de verser une larme. Cette femme lui faisait pensé à sa mère qui a l'heure actuel si elle était encore en vie devait être dans les cellules du châteaux avec son marie. Le jeune garçon but une gorgé de soupe et pausa le bols à coté de lui. Il reposa son regard remplit de larmes, sur Christabelle.

"Merci, et je..je suis désolé mademoiselle, vous me faites penser à ma mère et elle me manque beaucoup."

Quand Christabelle quitta la pièce pour aller chercher a manger au autres, Theodor reporta son regard sur Robin qui était allongé un peu plus loin. Non loin de la, Carl et Marianne s'était assis prêt de la fenêtre avec la fillette et discutaient. Theodor qui était un enfant plutôt respectueux décida de s'éloigner un peu de la conversation et alla s'asseoir au prêt de Robin, toujours inconscient. Il s’assit au bord du lit et s'adressa au prince des voleurs, même si il y avait peu de chance que ce dernier l'entende.

"Sir Robin, je m’appelle Theodor et je croit en vous, le monde a besoin d'un sauveur et j'ai besoin de vous pour sauver mes parents, vous devez vivre, je vous en pris, soyez courageux.."

Theo resta un petit moment au près de Robin en espérant du fond du cœur que le justicier reprenne conscience. Le jeune garçon avait longtemps cherché Robin des bois et maintenant qu'il le rencontrait enfin, l'homme était dans un très mauvais état. Décidant de ne pas déranger d'avantage Robin, Theo se dirigea vers les adulte, juste parce qu'il n' avait pas trop envie de rester seul.

Soudain, Theodor se stoppa net devant la bande a Robin en entendant Marianne dire que John avait eu le droit de le punir. Theo laissa la jeune femme parler et s’approcha d'elle en lui lançant un regard plutôt sombre, chose qu'il n'avait pas trop pour habitude de faire.


"Vous n'avez pas le droit de dire ça ! ! Cette homme n'est qu’un bourgeois comme vous et si je voulais le voler c'était pour manger. Robin des bois fait ça tout le temps et pour aidez les gens, alors pourquoi vous dite que c’est normal que je soit puni, je déteste les nobles ! C’est a cause des gens comme vous que mes parents sont enfermés dans le châteaux !"

Theodor avait laissé éclaté sa colère, lui qui était pourtant un enfant timide et calme. Il s’arrenta soudain de parler et regarda les adultes au tour de lui, il se sentait soudain gêné et s'en voulais de s’être emporté alors que grâce a ces gens, il était encore en vie et a l’abri.

"Heuuu.. pardon mademoiselle, je ne voulais pas être méchant, c'est juste que.. non je sais pas, pardon."


Et Theodor se jeta en larme dans les bras de Marianne et ne cessant de lui murmurer des excuses.

Non loin du groupe, Robin dormait toujours mais, semblait très agité, intérieurement il lutait pour survivre. Même si il paraissait dormir, il entendait quand même ce qu'il se passait au tour de lui et le soutiens de ses amis l’encourageait à se battre.
Revenir en haut Aller en bas
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Lun 21 Nov - 17:30

"Vous n'avez pas le droit de dire ça ! ! Cet homme n'est qu’un bourgeois comme vous et si je voulais le voler c'était pour manger. Robin des bois fait ça tout le temps et pour aidez les gens, alors pourquoi vous dite que c’est normal que je soit puni, je déteste les nobles ! C’est a cause des gens comme vous que mes parents sont enfermés dans le châteaux !"

Marianne resta un instant choquée. Elle n'avait pas pensé que ses paroles pouvaient choquer le jeune garçon. A vrai dire, elle ne pensait pas qu'il pouvait l'entendre. Elle réagissait comme une noble. Combien de fois Robin lui en avait-il fait le reproche ? Des milliers de fois. Pour dire vrai à chaque dispute ! Mais d'un autre côté c'était Guy qui lui reprochait d'être parfois trop sensible au sort des paysans. Comment pouvait-elle être trop noble ou trop prolétaire dans ses propos. Elle vivait dans un monde idéal où le droit était respecté et où cacun recevait une juste peine seon ses fautes. Mais que dire quand une loi trop mauvaise vous oblige à faire le mal pour survivre. Elle n'avait jamais eu assez faim pour se poser la question.

"Heuuu.. pardon mademoiselle, je ne voulais pas être méchant, c'est juste que.. non je sais pas, pardon."

Lorsqu'il se jetta dans ses bras en murmurant des excuses, la jeune femme hésita un instant puis le serra contre elle. Que pouvait-elle dire à cet enfant qui n'avait plus sa mère et qui était obligé de se détourner d'une loi qui était en train de le tuer ? Elle le calina un instant.

"- Je suis désolée si mes paroles ont pu te faire du mal. Tu as raison. Je suis une noble qui n'a jamais eu a souffrir ni de la faim, ni du froid, ni de la perte totale de ses parents. Il est certain que je ne comprenais surement pas tes motifs à voler. On m'a appris quand j'avais ton âge que tout crime mérite son châtiment. Mais cette fois c'est la loi qui t'a punit alors que tu n'as rien fait. John aurait pu te punir parce que le vol est un crime. Mais le plus grand crime c'est d'abord de t'avoir enlever ta mère n'est-ce pas ? "

Elle le laissa pleurer un peu sur son épaule avant de reprendre.

"- Tout ce que nous faisons est un choix. Tu aurais pu voler et ensuite quoi ? Tu aurais recommencer jusqu'à te faire prendre et pendre. Tu peux aussi rester ici et travailler un peu pour ta pitence. Il n' y a jamais assez de bras pour nettoyer les écuries. En échange, tu dors au chaud. Tu est nourri et tu vas à l'école tous les après-midi si tu le souhaite. Tous les nobles ne sont pas mauvais. Pour tes parents je verrais ce que je peux faire. Je ne te promets rien cependant. Je connais hélas trop le Shérif ! Comment s'appellent tes parents ?"

Marianne se sentait coupable. Coupable de ne pas avoir vu la détresse de cet enfant plus tôt. Elle s'en voulait de ne pas avoir retenu sa langue. Elle s'en voulait de ne pas en faire assez pour tous ces gens. Elle s'en voulait de se laisser aveugler par ses pensées de fille noble.

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Carl
avatar
Hors-la-loi
Messages : 185
Date d'inscription : 15/04/2008
Age : 27
Localisation : la foret de Sherwood

Feuille de personnage
Age: 19 ans
Niveau RP:
4/5  (4/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Sam 26 Nov - 10:23

"- Gamwell est juste sur ses terres. S'il en était autrement, je n'aurais pas garanti ses terres et je n'aurais pas été le voir. Je suppose que ce jeune Théo avait voulu le voler ? John était dans son droit de le punir et il l'aurait sans doute fait d'une manière plus douce que le Shérif. Mais là n'est pas la question. Il ne faut pas se laisser obnubiler par des désirs de vengeance personnelle. Il y aura un temps pour tout et la justice viendra. Pour le moment ce qui m'inquiète c'est le ceinturage en règle du comté par mon cousin Jean. Et même s'il partait demain, il resterait son chien de garde, Sir Percy. Cet homme est la peste et le choléra associées. "

Carl fronça les sourcils, comment Marianne pouvait dire que John avait raison de faire ce qu'il a fait . John était un homme malhonnête et mauvais. Il devait payer ce qu'il avait fait à toutes les personnes qu'il avait blessé d'une façon ou d'une autre. Mais elle n'avais pas tord sur un point, le Prince Jean était une menace pour Nottingham, et si elle disait que son homme de main était encore pire que lui cela était sans doute vrai, mais il fallait tout de même garder un oeil sur Gamwell et Carl y veillerais. La petite fille s'était endormit dans les bras de la jeune lady, Marianne se leva alors et alla dans une autre pièce pour coucher l'enfant. Le hors-la-loi posa alors les yeux sur le petit garçon qu'il avait ramené aux deux jeunes femmes. Il était auprès de Robin et avait un regard sombre. Marianne vint se rassoir auprès de Carl et reprit.

"- Carl, Robin ne sera sûrement pas en état de prendre une quelconque décision dans les jours à venir. J'aurais besoin d'aide ... de votre aide ... Je suis persuadée que Jean prépare un mauvais coup. Mais toute seule, il me sera difficile de rassembler assez d'informations. Je voudrais que des hommes traînent en ville et essaye de récupérer des informations. Il y a beaucoup de jouteurs, d'écuyers et de soldats ... Leur payer à boire pourrait être un bon moyen de leur soutirer des informations sur ce que prépare mon cousin. Tout est bon à prendre : des rumeurs, des ordres ... peu importe ! Il me faut juste de quoi prouver que quelque chose se trame. Mais ne vous faites pas pendre pour autant."

Carl acquiesça d'un signe de tête puis il vit le jeune Theo approcher et faire des reproches à Marianne. Il fut supris de voir le jeune garçon faire cela, il semblait un garçon calme et doux. Même si le jeune homme pouvait comprendre la réaction de l'enfant, il n'était pas d'accord avec lui quand il affirma que Marianne faisait partie des personnes responsable de l'arrestation de ses parents. Carl aurait aimé qu'une telle personne existe à l'époque où il s'était trouvé seul dans la rue. Marianne était une femme bien, il en était certain. Le jeune garçon se confondit en excuses, en se jetant dans les bras de la jeune femme. Marianne s'excusa à son tour, puis lui fit un peu de moral. Carl à ses côtés, leva les yeux au ciel et secoua la tête. Dans ces cas là, on ne réfléchit pas vraiment à ce qu'on fait, on pense juste à survivre. Carl savait ce que cela faisait. Il prit enfin la parole.

"-Vous avez sans doute raison, il n'aurait sans doute pas dû voler comme il l'a fait. Mais croyez-vous vraiment qu'à cet âge, on réfléchit aux conséquences surtout quand on meurt de faim et qu'on est seul dans les rues ? Je vous assure que non, car même un peu plus âgé, on fait ce qu'on peut pour survivre, et peu importe si ce qu'on fait est bien ou non, on survit. Je comprend très bien Theo, il n'avait pas réellement le choix, comment réagirais un noble face à un enfant qui se présenterais dans son château pour un travail en expliquant que ses parents sont enfermés dans les geôles de Nottingham? Il le renverrait sans aucune doute. Tous ne sont pas comme vous Marianne. Et pour votre demande, nous serons dans les rues de Nottingham comme vous le souhaitez et nous tenterons d'en apprendre plus."

Carl savait que même si le jeune garçon avait décidé de choisir la bonne route au départ, il aurait finit par se retrouver seul dans la rue.

_________________


"Quand la loi redevient celle de la jungle, c'est un honneur que d'être déclaré hors-la-loi."
Revenir en haut Aller en bas
http://sinbadetcie.skyblog.com
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Mar 3 Jan - 15:20

5 avril 1192

Marianne avait peu dormi cette nuit, veillant sur Robin, s'assurant qu'il dormait et ne basculait pas vers la mort. Elle s'était assuré que personne ne venait traîner autour du manoir. Le jour se levait à peine au dehors. Elle se sentit tirée de sa torpeur par l'arrivée de cette nouvelle journée. Elle se leva sans faire de bruit de son fauteuil. Carl dormait et Christa avait finit par rejoindre sa chambre. Betty dormait dans la pièce attenante. Elle s'approcha du lit et passa sa main sur le front de Robin. Il avait moins de fièvre. Le traitement contre l'infection de ses blessures faisait effet. Le jeune garçon juste à côté dormait paisiblement du sommeil du juste.

Elle ouvrit doucement un coffre et en sortit de quoi se changer. Elle passa dans la pièce où se trouvait Betty et passa derrière le paravent. Elle portait encore des traces de suie de la veille. Elle n'avait pas eu le temps de s'occuper de ses propres petites blessures. Elle enleva sa robe et se nettoya. Le contact de l'eau froide sur les parties de sa peau à vif la fit serrer un peu des dents. Puis elle passa une chemise et une robe propre. Elle serra une ceinture autour de sa taille et sortit de derrière le paravent. Betty dormait toujours. Marianne défit ses cheveux et retourna dans sa chambre. Elle attrapa sa brosse et commença à se coiffer sans bruit.

Elle sortit doucement de la pièce et descendit les escaliers vers la salle principale du manoir. Gargantua leva paresseusement la tête pour la saluer. Marianne flatta la tête du gros chien avant de continuer vers les cuisines. Martha était déjà à l'oeuvre.


"- Vous êtes bien matinale Mademoiselle.
- J'ai eu du mal à dormir Martha.
- Je veux bien le croire. Alors dîtes-moi ... qu'est-ce qui se passe là-haut ? Je vous connais depuis que vous êtes petite. Vous faîtes pas autant de bruit toute seule. Et la petite Betty qui vient me demander du bouillon ? "


Martha avait beau avoir vieilli, elle ne perdait rien de son sens de l'observation. Marianne sourit. Martha avait pris soin d'elle comme une mère après la mort de la sienne. Elle était loyale et elle savait qu'elle pouvait lui faire confiance.

"- J'ai un blessé grave là haut.
- Mademoiselle ...
- Et un jeune garçon qu'on m'a amené complètement mort de faim et de froid.
- Seigneur Jésus. Pauvre petit ! Vous prenez trop de risque Mademoiselle. Mais qui pourrait vous en vouloir vous êtes la gentillesse même. Votre bouille d'ange vous a toujours sauvé des tracas.
- Dans ce cas j'ai peur que ça ne suffise pas. Martha, il ne faut pas qu'on sache que ce blessé est ici. Cela pourrait nous nuir tout autant qu'à lui.
- Ne me dîtes pas que vous êtes encore de mèche avec ce bon à rien de Locksley ? "


"Ce bon à rien de Locksley". Aussi loin que les souvenirs de Marianne remontait, elle l'avait toujours surnommé ainsi. La jeune femme resta silencieuse. La brave cuisinière soupira.

"- Très bien ! j'empêcherais quiconque de s'approcher. Mais ce n'est pas sérieux Mademoiselle ... Avec une enfant ...
- Je n'ai jamais été très sérieuse Martha. Pourras-tu leur monter de quoi manger ? Rien de trop solide ... "


Elle attrapa un petit morceau de brioche et le mangea rapidement. Elle se leva ensuite et mis un long tablier sur sa robe. Elle voulait faire le tour du village avant de se préparer pour la messe. Elle mis un châle sur ses épaules et sortit. Une légère brume demeurait sur les champs aux alentours. Le village se réveillait doucement. Les hommes s'occupaient des bêtes et des femmes allaient chercher de l'eau au puit. Chacun saluait la jeune femme. Marianne avait un mot gentil pour chacun et s'inquiétait de la santé de tout le monde. Elle se dirigea d'instinct vers le verger. Les pommiers en fleurs ne souffraient pas ce qui promettait une belle récolte. Les champs auraient bientôt leurs semailles. Elle trouva leur régisseur dans le verger en train d'inspecter les arbres.

"- Bonjour.
- Bonjour my Lady.
- Les arbres sont magnifiques !
- Oui. Nous avons de la chance. Si le temps se maintient, on devrait pouvoir faire une belle récolte et commencer les semailles dans la semaine.
- C'est une bonne nouvelle. Nous aurons assez de mains ?
- Si le Shérif n'arrête pas nos hommes, oui.
- Prions pourqu'il n'ai pas ce genre d'idées cette année. Il nous a assez gâché les autres saisons. Mais, au pire les femmes pourraient s'en occuper je pense.
- Bien sûr ! Mais ça prendrait plus de temps. Comment va votre petite ?
- Bien, elle ne rêve que de pouvoir profiter de la belle saison."


Marianne resta un moment à discuter dehors avant de faire le chemin du retour vers la maison. Elle aperçut un cheval devant la porte. Elle hâta le pas. Personne ne devait trouver Robin sous son toit. Elle se dépêcha de rentrer. Un homme se trouvait assis devant la cheminée dans le fauteuil de son père. Lorsqu'il se leva, elle dut faire appel à tout son sang froid pour ne pas bondir sur lui et le tuer. Lord Fenry ! Quel culot il avait de venir chez elle alors qu'il avait faillit tuer Robin. Elle enleva son châle et son tablier et se dirigea vers l'homme. Il avait un sourire des plus inquiétants.

"- Puis-je savoir ce que vous faîtes chez moi de si bonne heure et un dimanche qui plus est ?"

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Lord Fenry
avatar
Tueur en Série
Messages : 42
Date d'inscription : 02/11/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 37 ans
Niveau RP:
4/5  (4/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Mar 3 Jan - 20:22

5 avril 1192

Fenry n'était pas satisfait. Le hors-la-loi avait échapper aux flammes de la nuit dernière grâce à un de ses compagnons. Il ne pouvait supporter l'échec. Qui était celui qui l'avait aidé ? Il finirait par le savoir et le tuerait pour se défouler. Mais en ce début de matinée, il avait autre chose en tête. Il devait aller voir la jolie Marianne. Il n'avait pas encore fait son "inspection" et c'était l'occasion parfaite de se rapprocher de la jeune personne. Son galant, même s'il avait réchapper de la mort, devait être dans un piteux état. Il avait donc pris la direction du manoir de Knighton.

"- Je viens voir Lady Marianne.
- Elle est sortie.
- Je vais l'attendre."


La servante semblait craindre quelque chose. Mais Fenry n'aurait pu déterminer si c'était lui ou plutôt la réaction de sa maîtresse quand elle verrait un étranger s'imposer chez elle. Il s'installa dans un fauteuil près de l'âtre, où le feu venait d'être ravivé. Il n'y resta qu'un instant perdu dans ses pensées. Entendant du bruit, il se leva et put observer la maîtresse des lieux arriver. Il l'admira alors qu'elle ôtait son tablier et son châle. Elle ferait une parfaite candidate, non seulement pour sa beauté mais aussi pour la détermination et la noblesse qu'on pouvait lire dans ses traits.

"- Puis-je savoir ce que vous faîtes chez moi de si bonne heure et un dimanche qui plus est ?"

Elle n'avait pas l'air très heureuse de le voir. Mais tant pis.

"- Je viens décider avec vous d'une date d'inspection pour vos terres. Vous n'êtes pas sans savoir que je fais ce petit travail pour le Prince Jean. Chaque domaine d'Angleterre doit s'y plier. Cela sera d'un grand intérêt pour notre prince."

Il se réinstalla dans le fauteuil. Sa nonchalance et son sans-gène était étalés au grand jour. Il agissait en maître. D'ailleurs ne possèderait-il pas bientôt tout ceci en possédant Marianne ? Elle semblait dubitative.

"- Vous aussi devez passer cette inspection. Les ordres de votre cousin vous sont également destinés. Et puis j'ai appris que votre père était malade. Il ne faudrait pas qu'on cherche à vous spolier de vos biens s'il venait à disparaître. Avec mes notes et mes rapports à son altesse. Il ne pourra y avoir de doute sur vos propriétés légitimes ..."

Il attendit alors qu'elle réagisse. Son visage était fermé et reflétait par courts instants une tentative de se maîtriser ou de donner une réponse bien formée. Elle ne devait pas sortir facilement de ses gonds.
Revenir en haut Aller en bas
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Jeu 5 Jan - 11:32

Son inspection ? Il ne manquait pas de culot. Cet homme sortit d'on ne sait où osait lui imposer une inspection. La visite du collecteur d'impôts n'était déjà pas très agréable mais se faire juger par cet homme sans scrupule et cruel ... Elle ne se laisserait pas intimider. D'un grand intérêt pour le Prince Jean ! Marianne n'en doutait pas le moins du monde. Jean se ferait un plaisir de lever de nouvelles taxes, d'exproprier des gens où de faire d'odieux chantages qui pourraient le mener à la couronne.

Fenry s'était assis de nouveau comme s'il était chez lui. Il ne voulait pas qu'elle aille lui chercher un coussin aussi ? Elle avait le choix entre le sortir de force de sa maison ou alors lui faire comprendre qu'il n'était pas le bienvenue. Bien que la première solution lui semblait très alléchante, elle choisit la prudence. Elle ne devait pas attirer l'attention.


"- Et puis j'ai appris que votre père était malade. Il ne faudrait pas qu'on cherche à vous spolier de vos biens s'il venait à disparaître. Avec mes notes et mes rapports à son altesse. Il ne pourra y avoir de doute sur vos propriétés légitimes ..."

Comment osait-il ? Personne n'avait jamais mis en doute leurs terres. Personne n'aurait jamais essayé ! Elle n'avait pas besoin de son rapport ou de ses notes. Elle savait parfaitement ce qu'il y avait dedans maintenant que Robin les avaient vues. Il la dégoûtait. Elle resta debout.

"- Si vous souhaitez 'inspecter' mes terres, vous pourrez revenir demain dans la mâtinée. Bien que personne n'ai jamais oser remettre en doute nos droits sur celle-ci, je me 'plierai' au volonté de mon cher cousin. Mais je n'ai pas besoin de vos notes ou de vos rapports. Je suis parfaitement capable de protéger mes droits. Maintenant, avec tout le respect que j'ai pour vous en tant qu'envoyé de mon cousin, je vous prie de quitter cette maison ou je devrais vous montrer comment je me charge de protéger mes droits."

Elle n'aurait pu être plus claire. Mais son discours ne semblait pas porter ses fruits. Fenry était bien accroché à sa chaise. Marianne espérait qu'elle n'aurait pas à le sortir de force. Mais soudain une autre inquiétude l'envahit. Et si Carl ou quelqu'un d'autre descendait ? Si Christa venait. Marianne savait qu'elle commençait à s'attacher à Fenry. Elle ne pouvait pas les confronter elle et Fenry en même temps.

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Lady Christabelle
avatar
Meilleure Amie de Marianne
Messages : 644
Date d'inscription : 16/02/2008
Age : 27
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
4/5  (4/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Mar 10 Jan - 15:05

5 avril 1192


Christabelle avait finit par rejoindre sa chambre sans bruit. Elle s'était couché rapidement mais avait du mal à trouver le sommeil. Elle était hanté par l'image de Robin allongé, inconscient, sur le lit de Marianne. Elle ne pouvait s'empêcher de se poser des questions sur son rétablissement. Et si justement, Robin ne s'en sortait pas cette fois-ci, certes Marianne lui avait fait tout les soins nécessaires mais on est jamais sûr de rien. Christabelle se tourna, une nouvelle fois dans son lit, si jamais Robin mourait son amie serait inconsolable. La jeune femme soupira, si elle voulait trouvé le sommeil, elle devait chasser cette image de sa tête. Elle finit au bout de plusieurs minutes par s'endormir.

Le soleil brillait légèrement quand Christabelle se réveilla. Elle resta un instant immobile, ne voulant se rappeler ce qui l'avait empêcher de s'endormir la veille. Mais la réalité revint vite à son esprit, Robin était entre la vie et la mort et Marianne devait être très inquiète. Christa souffla et se décida à se lever. Elle mit la robe qu'elle avait prévu pour la messe après une fraîche toilette. Elle passa quelques instants devant son miroir à se coiffer, elle voulait retarder le plus possible le moment où elle rejoindrait Marianne, Robin et le jeune garçon blessé. Elle avait envie de rester encore quelques instants dans ses rêves de la nuit qui venait de s'écouler. Après avoir attacher ses longs cheveux en une queue de cheval, elle sortit enfin de sa chambre et referma sa porte silencieusement. Elle entendit alors des voix venir du rez-de chaussé. Elle reconnut celle de son amie, accompagné de celle d'un homme. Elle s'approcha alors de l'escalier et finit par identifier la seconde voix.

Elle descendit les quelques marches, faisant comme si elle n'avait pas remarqué qu'ils étaient là. Ses yeux se posa d'abord sur Marianne, elle ne semblait guère réjouit et fixait la cheminée. Christabelle détourna alors les yeux, et le vit. Elle était si heureuse de le revoir. Un immense sourire se forma alors sur son visage.


« -Bonjour Marianne. Lord Fenry quel plaisir de vous revoir. »

_________________


Spoiler:
 



Membres de la  SCMPDQSLP
Membre de la CQS
Revenir en haut Aller en bas
http://lalouve-feerique.skyrock.com/
Ariane Caldin
avatar
Tavernière
Messages : 695
Date d'inscription : 07/03/2008
Age : 26

Feuille de personnage
Age: 22 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Jeu 19 Jan - 15:19

5 AVRIL 1192

Son cheval avait perdu l’habitude des grandes courses à vive allure et ce dernier finit par se mettre au pas aux abords de la maison. Ariane sauta au sol et l’attacha rapidement avant de se précipiter vers la porte d’entrée.

Elle ne songea pas un instant qu’elle était une simple roture rendant une visite surprise à une noble dame. Dans l’instant la seule chose à laquelle elle pensait, c’était Louis aux prises avec Stanley dans les geôles du château. Sans compter qu’elle connaissait ô trop bien les petites pratiques de son ancien ami.

Frappant à s’en casser les mains, Ariane ne tenait plus en place, les larmes montant au fur et à mesure. Elle ne devait pas pleurer. Elle devait se montrer convaincante. Mais la tavernière était persuadée que la Lady comprendrait sa détresse. Elle était réputée pour sa bonté et sa compréhension. Peut-être pouvait-elle l’aider. Elle connaissait deux trois personnes dans le château et avait de l’influence sur le supérieur de Stanley disait-on.
Oui, c’était peut-être la seule chance qu’elle avait de venir en aide à Louis.

Bien sûr, elle pouvait toujours se tourner vers les hors-la-loi ; mais vu sa dernière conversation avec leur chef, ils allaient certainement lui rire au nez. Surtout si c’était pour venir en aide à l’ami de John of Gamwell.

Non Lady Marianne semblait être son seul espoir.

La porte finit par s’ouvrir sur une jeune servante qui l’interrogea du regard. Rapidement la servante lue la panique dans l’attitude de la tavernière et ouvrit des yeux ronds.

Ariane se rua presque dans la maison à bout de souffle et inspira profondément.
Elle n’était pas certaine d’être bien accueillie, mais c’était un geste inespéré.
Il fallait faire au plus vite si elle voulait sauver Louis des mains de Stanley. Rien ne garantissait qu’il ait été fait prisonnier, mais la dernière image qu’elle avait en tête, c’était un Louis encerclé.


_ Je vous en prie, dit-elle avec précipitation à la servante qui était là, Aller chercher Lady Marianne, dites-lui que c’est urgent. Je vous en supplie !

La servante l’observa un instant décontenancé, ne sachant trop que faire sûrement, jetant des regards inquiets autour d’elle.

_ Je regrette, lui dit-elle, Lady Marianne n’est pas seule, mais avec un invité – un seigneur. Elle ne peut certes pas se libérer pour quelqu’un comme vous. Je vais vous demander de partir.
_ Je vous en prie, insista Ariane en reprenant son souffle et séchant ses larmes, l’air soudain déterminé. Il en va de la vie d’un homme ! Vous croyez que votre maitresse laisserait un innocent mourir !

La servante se mordit la lèvre et après une courte hésitation se dirigea vers une porte dans le fond de la cuisine. Avant de sortir, elle lança :

_ Je ne suis pas certaine qu’elle vienne, mais attendez ici.

Ariane poussa un soupir de soulagement et s’écroula contre le mur derrière elle. rien ne prouvait que Marianne allait l’aider, mais elle devait tout tenter.
Revenir en haut Aller en bas
Lord Fenry
avatar
Tueur en Série
Messages : 42
Date d'inscription : 02/11/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 37 ans
Niveau RP:
4/5  (4/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Jeu 26 Jan - 10:55

Il était visible que Lady Marianne ne prenait aucun plaisir à cette rencontre. Elle était parfaitement certaine que personne ne viendrait jamais contester ses droits. Vu l'aplomb qu'elle avait mis dans ses paroles, Fenry voulait bien la croire. Mais il n'était pas là pour cela alors ça avait peu d'importance. Elle semblait redouter quelque chose. Fenry la voyait regarder vers les escaliers de temps à autre. Y avait-il quelqu'un là-haut qu'il ne devait pas voir ? Son ami ? Ce Robin des Bois ? Si oui, il devait être sacrément amoché. Mais surtout cela voudrait dire qu'elle connaissait ce personnage masqué qui l'avait sauvé des flammes.

Il allait pousser un peu plus loin l'entretien quand Lady Christabelle apparut en bas. Il était plus instructif de voir la réaction de la jeune femme quand elle le verrait s'approcher de son amie. Il fit quelques pas vers la jeune demoiselle et lui prit la main pour déposer un baiser.


"- Lady Christabelle vous êtes encore plus charmante que dans mon souvenir. En venant ici remplir mes fonctions auprès de Lady Marianne, j'ignorais que j'aurais l'immense privilège de vous revoir."

Elle avait le sourire aux lèvres et le rouge aux joues. Fenry savait y faire. Ce n'était qu'un jeu. Un jeu avec un but cette fois cependant. Conquérir l'autre jeune femme de la pièce avec ou sans son consentement. Elle n'avait pas l'air de se réjouir.

"- Lady Marianne. Je reviendrais donc demain dans la mâtinée. D'ici là, présentez mes hommages à votre père je vous prie et veuillez croire que je ne fais qu'exécuter les ordres."

Inutile de rester plus longtemps mais il devait créer une tension entre les deux amies. Il se retourna vers Lady Christabelle.

"- Je suis navré de devoir déjà vous quitter ma chère. Votre présence me manquera cruellement. Mais peut-être demain après mon inspection pourrais-je vous convaincre de m'accompagner à cheval pour une promenade ?"

Il baisa à nouveau sa main et sur un sourire charmeur sortit. Il enfourcha sa monture et partit au galop vers Nottingham. Ses affaires prenaient de plus en plus une tournure favorable.


Arrow Nottingham
Revenir en haut Aller en bas
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: Visite filiale Lun 30 Jan - 11:15

La venue de Christabelle empêchait Marianne de se montrer parfaitement claire envers Fenry. Ce n'était que partie remise. Il reviendrait sûrement et alors la jeune femme pourrait lui expliquer son point de vue plus en détail. Son attitude envers sa meilleure amie était exécrable. Comment Christabelle pouvait se laisser abuser à ce point par cet homme ? Marianne se souvint pourtant que quelques jours plus tôt, elle avait elle-même trouvé cet homme intriguant. Peut-être ne devait-elle pas être trop dure envers Christa. Si Robin ne lui avait rien dit et si elle n'avait pas eu à sauver ce dernier d'une mort certaine, peut-être prendrait-elle encore Fenry pour un simple envoyé du Prince Jean.

"- Lady Marianne. Je reviendrais donc demain dans la mâtinée. D'ici là, présentez mes hommages à votre père je vous prie et veuillez croire que je ne fais qu'exécuter les ordres."

Cela était bien difficile à croire maintenant. Même si Jean avait effectivement demandé ces enquêtes sur les domaines, Fenry semblait faire de ce prétexte un tout autre usage. Elle ne le lâcha pas du regard alors qu'il faisait ses au revoir à son amie. Elle devait l'empêcher de faire du mal à Christa par tous les prétextes. Elle devait trouver un moyen de l'éloigner d'elle. Mais comment ? Elle devait y réfléchir. Il sortit de la pièce et elle ne put retenir un soupir de soulagement.

"- Bon débarras. "

Elle surprit le regard de son amie et soupira. Elle ne devait pas l'effrayer. De toute façon, elle ne la croirait pas. Elle devait d'abord essayer de convaincre Fenry de ne plus s'approcher de son amie. Christabelle accepterait la chose plus facilement alors.

"- Pardonne-moi. Je n'aime pas qu'on vienne ici pour me ... me juger. Je suis désolée. Comme si j'avais besoin qu'on protège mes droits. Pardon ! il ne faisait sans doute que son devoir."

Qu'il était dur d'avoir à mentir à celle qui était comme sa soeur. Mais pour le moment, elle ne pouvait rien lui dire. Une servante entra dans la pièce.

"- Pardonnez-moi Milady. Mais il y a une jeune femme qui vient d'arriver. Elle semble affolée et demande après vous."

Marianne parut étonnée. Qui pouvait bien lui vouloir quoi que ce soit un dimanche matin.

"- Fais la entrer ici."

Une petite seconde après que la servante soit reparti dans la cuisine, Ariane fit son apparition. Elle n'avait pas la même mine que la dernière fois qu'elle l'avait vu. Avait-elle eu des problèmes avec le Shérif au sujet de la réception du Prince Jean ? Non tout c'était bien passé ! Marianne avait été parfaitement réjouie du travail de la tavernière. Elle lui indiqua un siège.

"- Vous vouliez me voir pour un sujet d'importance ? Parlez sans crainte. Je vous écoute."

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Visite filiale

Revenir en haut Aller en bas

Visite filiale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Sujets similaires

-
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia
» le forum de claude ! une visite s'impose les ami(e)s! merci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Robin Hood : Les Mystères de Sherwood :: Zone RP Principale :: Les Alentours de Nottingham et Sherwood :: Knighton Hall-