AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
RPG Médiéval basé sur la légende de Robin des Bois

Partagez|

près de la mare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: près de la mare Sam 28 Mai - 9:13

Arrow Nottingham

Samedi 4 avril milieu d'après-midi

Marianne avait décidé de sortir un peu de l'enceinte du château. L'agitation des derniers jours ne lui réussissait pas vraiment. Elle avait besoin de retrouver un peu de paix et de sérénité autour d'elle. Betty naturellement était avec elle. Marianne ne se passait plus de l'enfant depuis l'épisode nocturne avec cet inconnu dans sa chambre. Elle avait eu tellement peur pour la petite fille qu'elle ne voulant plus prendre de risque. Elle pouvait la défendre elle-même et tant pis si on découvrait ses activités nocturnes. Elle avait donc fait scellé son cheval et était parti, Betty campé sur la selle devant elle, se cramponnant à la crinière de sa jument. C'était heureusement une bête très douce. Marianne avait veillé à ce que sa filleule la voit souvent pour habituer l'animal. Gargantua n'avait pas fait de difficulté non plus. Le griffon était une véritable bonne patte avec la petite fille. Seul son faucon était encore farouche à l'approche de Betty. Marianne veillait donc à ne pas trop les exposer tous les deux. Finue ne lui avait jamais fait de mal mais c'était un animal puissant qui pouvait faire du mal à l'enfant s'il se sentait attaqué. Une fois arrivées à Knighton, Les deux demoiselles présentèrent leur devoir à Edward. Puis Marianne emmena Betty avec elle jusqu'à la mare. Que de souvenir, elle avait ici ! Les jours d'été chauds, elle venait s'y baigner dans son enfance. Robin venait l'y surprendre et ça se finissait en bagarre presque toujours. Elle sourit en pensant qu'aujourd'hui elle serait mortifiée à l'idée qu'il la découvre en train de se baigner ici. Mais ça ne risquait pas d'arriver. Monsieur avait fait sa tête de mule. Comment pouvait-il ne pas voir qu'elle aussi avait un devoir envers ses gens, envers son peuple, son roi ? Betty la tira de ses pensées.

"- Tu m'apprendras à nager tante Marianne ?
- Pourquoi pas mon ange. Il fait encore trop frais pour se baigner mais quand l'été arrivera d'accord.
- C'est dur de nager ?
- Non. Tu te laisse porter. C'est très drôle. Je l'ai beaucoup fait quand j'étais une enfant comme toi.
- Ah oui ? Mais tout seul c'est pas drôle. "


Marianne esquissa un sourire. Peut-être fallait-il lui dire aujourd'hui ? Cela semblait une bonne idée.

"- Je n'était pas vraiment seule mon ange.
- Tu avais des amies ?
- Oui. Il y avait un garçon qui ... disons ... venait m'embêter. On se chamaillait beaucoup mais c'était mon ami.
- Comment il s'appelait ?
- Robin ... Il s'appelle Robin ...
- Comme le voleur ?
- Oui. Mais ce n'est pas un voleur mon ange. C'est un fils de noble. Tu sais quand tu as la chance de naître aussi privilégié que nous tu as des devoirs à remplir. Le peuple travaille pour que nous ayons tous à manger. Il nous aide à vivre. Notre devoir est de le protéger et de l'aider quoi qu'il arrive. Robin a choisit de les aider en les défendant contre ceux qui se fichent d'eux. Cependant je t'en pris ne parle de cela à personne. Le silence est de mise dans notre pays aujourd'hui. Sinon nous serions en danger ...
- Promis. Mais tu connais Robin des Bois ?
- Oh oui. Je connais Robin. Je ..."


Elle s'arrêta dans sa phrase. Elle avait entendu du bruit. Elle fit signe à Betty de se taire et se leva.

"- Montrez-vous !"

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015


Dernière édition par Marianne de Fiswolter le Sam 4 Juin - 15:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Robin des Bois
avatar
Prince des Voleurs
Messages : 972
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 26
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Dim 29 Mai - 17:33

Arrow Locksley

Robin avait été à Locksley pour voir comment se portait le peuple et avait par la même occasion fait la connaissance d'un homme étrange et aux tendances douteuses et qui semblait considérer les femmes comme des trophées. Cet homme qui avait également pour objectif d'agrandir le Domesday Book, avait déjà rendu visite à Marianne et maintenant c'était au tour de Robin d'en faire de même mais, dans un but beaucoup plus claire, car cette belle jeune femme était celle qui lui était destinée depuis toujours et jamais il ne changerait d'avis sur la question. Marianne et Robin étaient fiancés, bien qu'ils n'avaient pas réellement officialisé cela et qu'ils ne vivaient pas encore ensemble. C'était en partie à cause de ça que l'ancien seigneur de Locksley s' s'était mis immédiatement à la recherche de sa future épouse en quittant le mystérieux individu.

Robin était tout de fois passé par son campement pour s'assurer que tous se passait bien avec l'aménagement, car la grotte dans laquelle les hors la loi avaient établi leurs nouveau camp était bien différente de ce qu'il avait eu auparavant comme cachette. Le prince des voleurs avait également profité de son passage pour prévenir sa bande qu'il contait prochainement organiser un petit banquet dans la grotte pour l'inaugurer et partager un peu de bon temps . Tout le monde en avaient réellement besoin et le chef des voleurs avait aussi besoin d 'accorder un peu de temps à ça famille. Il voulait s'occuper un peu de Cyrielle et aussi faire plus connaissance avec son autre sœur qu'il ne connaissait que très peu.

Il était ensuite parti seul, en direction du château pour y retrouver Marianne qui hélas ne semblait pas être dans les parages. Robin savait se faire discret mais, avait toujours de bonnes sources et surtout une très bonne intuition et ainsi il savait précisément où il aurait des chances de trouver sa belle. Il y avait un endroit à Knighton Hall que le couple connaissait depuis leur plus jeune âge et où ils avaient pour habitude de s'y retrouver et de ce chamailler. Robin repensa a ces moments en se disant que finalement Marianne et lui n'avaient pas réellement changé, ils s'embrouillaient toujours comme des gamins et aussi souvent mais, c'était rarement sérieux et ne durait jamais longtemps, car ces discordes était plus une provocation qu'autre chose.

L'endroit en question servait aussi de refuge et de lieu de réflexion a Marianne et la dernière fois qu'il avait vue la jeune femme il ne l'avait pas quitté dans la bonne humeur et elle avait peu être besoin de se calmer un peu, car elle était très impulsive et Robin trouvait parfois cela très charmant même s'il appréciait aussi avoir des moments plus relaxant et intimes avec sa fiancée. Robin arriva sur les lieux mais, décida de ne pas se montrer immédiatement, il voulait s'assurer que Marianne était bien ici et seul. La réponse ne se fit pas attendre, elle était bien là, prêt du marais mais, n'était pas seul, elle se trouvait en compagnie d'une enfant. Robin resta un moment caché a écouté la conversation en pensant que si Marianne commençait a s'occuper de l'enfant il faudrait peu être que lui adopte une nouvelle facette car il éprouvait un peu de mal a gérer les enfants. C'était d'ailleurs un sujets qu'il essayait d'éviter avec Marianne.

Quand Marianne parla de Robin, ce dernier se mit rougir et esquissa un sourire en se disant qu'il avait vraiment trouvé la meilleur femme dans ce monde et que elle seul, pouvait vraiment le comprendre. Il commença a envisager de sortir du buisson pour aller voir sa bien aimé.

"- Montrez-vous !"

Robin se releva alors en souriant a Marianne de la même manier qu'un enfant qui fait des bêtises.

<Ce n'est que moi ma douce, le fils de noble qui vous aide a vivre.>

Et il se mit a éclaté de rire en pensant que Marianne allait encore s'offusquer.

<Tu ais comme d'habitude très belle Marianne même quand je sens ton sang bouillonné et je t'aimerais a jamais même si un jour cette terre doit mourir, mon âme elle t'aimera éternellement. >

Robin n'était pas très bon en poème ni même en vers ou rime mais, il savais que Marianne aimait ca et il voulait lui montrer qu'il l'aimait plus que tout et que leur dernière engueulade n'était que broutille. Il se retint de courir l'embrasser car il y avait l'enfant qui était là et puis il lui fallait voir a quel degré elle lui en voulait. Hélas Robin était un peu maladroit dans ses mots

<Ne t'énerve pas trop après moi, car ta douce et mélodieuse voix pourrait soudainement effrayer cette enfant qui je j'espère en viens pas de toi. Est-ce-que je t'ai déjà dit que ton reflet ressort à merveille dans se marais remplit de crapauds?>



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Dim 29 Mai - 18:33

Robin ! Ce n'était que lui ! Marianne laissa échapper un soupir de soulagement. Elle était toujours en colère contre lui mais elle était ravie que ce ne soit pas une autre personne qui aurait pu rapporter ce qu'elle venait de dire à Betty. Elle réalisa alors qu'il avait sans doute entendu toute sa conversation. Elle se sentit gênée sur le moment, bien qu'elle n'ai rien à se reprocher en fait. Elle baissa la tête un instant le temps de se ressaisir. Elle n'y pouvait rien. Robin avait toujours cet effet sur elle. Elle devrait pourtant arrêter de réagir comme ça. Bientôt ils seraient mariés et Marianne n'aurait plus de secret pour son époux. Elle se tourna vers Betty et la rassura d'un sourire. Elle n'avait rien à craindre de Robin.

<Ce n'est que moi ma douce, le fils de noble qui vous aide a vivre.>

*Ah ! Ah !* Robin savait parfaitement comment se faire pardonner. Elle ne pouvait rien faire d'autre que le pardonner quand il souriait comme ça. Malgré cela, elle essaya de garder du ressentiment contre son fiancé au moins un peu plus longtemps. Betty la regardait d'un air interrogateur.

<Tu ais comme d'habitude très belle Marianne même quand je sens ton sang bouillonné et je t'aimerais a jamais même si un jour cette terre doit mourir, mon âme elle t'aimera éternellement. >

Elle pinça les lèvres. C'était fichu ! Elle lui avait pardonné. Il la connaissait depuis tellement longtemps. Il savait comment la faire flancher dans ses résolutions. Elle esquissa un demi-sourire. Elle commençait à s'amuser. Elle croisa les bras en attendant la suite.

<Ne t'énerve pas trop après moi, car ta douce et mélodieuse voix pourrait soudainement effrayer cette enfant qui je j'espère en viens pas de toi. Est-ce-que je t'ai déjà dit que ton reflet ressort à merveille dans se marais remplit de crapauds?>

En entendant, la supposition de Robin, elle ouvrit la bouche puis la referma. Il la provoquait ou quoi ? Puis vient un "compliment" dont la courtoisie était douteuse. Prenant bien soin de respirer, Marianne se rapprocha un peu du hors-la-loi, suivit de la petite fille. Elle croisa ses bras sous sa poitrine et essaya de ne pas sourire.

"- On ne peux pas dire que tu sois doué pour les compliments. Tu devrais pourtant savoir que la mare de Knighton n'a pas de crapauds. En tout cas pas depuis que tu ne t'es pas baigné dedans. Mais peut-être souhaites-tu retenter l'expérience ?"

Elle laissa son sourire reprendre le dessus. Les colères ne duraient jamais bien longtemps entre eux. Depuis leur enfance cela n'avait toujours été que provocations et chamailleries. Mais c'était ce qui rendait leur vie plus vivante. Elle se retourna vers Betty pour la faire venir à côté d'elle.

"- Betty, laisse-moi te présenter Robin, le seul crapaud de la mare de Knighton. D'ailleurs, je te rappelle que je ne suis pas une de ces filles légères que tu as peut-être l'habitude de séduire. Je n'aurais d'enfant que de mon mari. Betty est ma filleule. Ce n'est pas pour autant que je ne l'aime pas comme ma fille. Tout comme toi tu es un crapaud mais je t'aime quand même ...
- C'est ton amoureux ? "


Betty venait de retrouver sa curiosité naturelle. Elle semblait très surprise et surtout intriguée. Marianne regarda Robin dans l'espoir qu'il dise quelque chose. Il n'avait jamais été à son aise avec les enfants.

"- Oui mon ange. Robin est mon amoureux.
- Et tu vas te marier ?
- Oui nous allons nous marier ... Bientôt ..."


Betty se mit à réfléchir très fort. Marianne s'amusait à la regarder. Elle se tourna vers Robin en souriant. Lui semblait devenir de plus en plus blanc à chaque minute. Puis Betty porta l'estocade finale.

"- Bon d'accord je veux bien. Mais tu vas devoir jouer avec moi parce que tu seras mon oncle. Oncle Robin !"

Marianne éclata de rire. Betty savait mener son monde par le bout du nez. Le pauvre Robin aurait du mal au début.

"- Tu veux voir mon poney ? Tante Marianne me l'a offert. C'est parce que je suis grande et que ....
- Doucement mon ange ! Je crois que 'oncle Robin' a besoin d'un peu de temps pour retrouver ses esprits. N'est-ce pas mon amour ?"


La jeune femme essayait tant bien que mal de se retenir de rire mais la tête de Robin était hilarante. Marianne s'approcha pour lui embrasser la joue. Maintenant, soit il fuyait en courant et il n'y aurait pas de mariage, soit il restait et il y avait une chance pour le futur.

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Robin des Bois
avatar
Prince des Voleurs
Messages : 972
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 26
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Lun 30 Mai - 21:15

Une fois de plus Robin avait su gagné le petit jeux de séduction qu'il entretenait constamment avec lady Marianne. Une femme qui pour lui n'avait aucun défaut et que le jour où il l'épouserait enfin et partagerait le même lieu de vie il deviendrait l'homme le plus heureux de ce monde et ceux malgré toutes les bonnes choses que pouvaient posséder les riches, lui seul avait le vrai amour et c'est ce qu'il ressentait au plus profond de son être, même s'il ne voulait pas forcement communiquer ce sentiment avec sa fiancée. Robin aimait garder une part de mystère même si son visage trahissait souvent ce qu'il ressentait.

<Avec toi Marianne il serait bien difficile de penser qu'aller dans l'eau pour unique but de s'y nettoyer soit possible. Il y a des choses que je ne peux contrôler en compagnie de la seul et unique femme que j'aime.>


*Épouse moi ...*

Mais il ne dit pas ces derniers mots à la milady, car il se ravisa, a l'esprit lui revenait la présence de la petite fille don il avait durant un instant, literalement occulté la présence, gamine qui était peine en âge de comprendre ses choses. Robin rougit jusqu aux oreilles quand Marianne parla de mariage a l'enfant, décidément il n'était pas fait pour vivre au prêt d'enfant.

<Marianne, j'aimerais que l'ont puisses discuter tranquillement tous les deux, heuu.. non pas que la petite me gêne enfin.. si.. non .. disons peut être un peu.>

Il jeta un regard a la fillette mais, quand cette dernière s'approcha de lui pour lui proposer de jouer, il ne savait plus quoi faire et regarda Marianne. Le grand et célèbre Robin des bois sans manque de courage, avait peur d'une enfant. Il allait tout de fois devoir se reprendre un peu et faire des efforts pour s'habituer à la présence de l'enfant, ne serait-ce ce que pour paraitre sans reproche devant Marianne.

- Doucement mon ange ! Je crois que 'oncle Robin' a besoin d'un peu de temps pour retrouver ses esprits. N'est-ce pas mon amour ?"

Et voila! Marianne avait une fois de plus deviné les sentiments de Robin et l'avait complètement percé à jour. Il sourit tout de même à Marianne et se décida une fois de plus à lui faire avoir un peu tord, en faisant un mouvement qui aurait dû être inattendu de sa part envers un bambin.

Après sa demande de fiançailles a ca bien aimé, Robin s'était décidé à adopter un comportement plus docile et cela commençait par ce geste des plus simple. Robin se baissa pour être plus prêt de la petite et lui fit un grand sourire à la limite de l'hypocrisie.

<Dit-moi! Comment toi t'appels? Moi! Robin , gentil monsieur .Tu veux mon montrer ton dada? Je te suis, passe devant nous, on viens voir dada après>

Il regarda a nouveau Marianne comme pour lui demandé s' il avait bien agit car, le prince des voleurs en faisait peut être un peu trop, la gamine n'avait que quelques années mais , une discutions normal aurait convenu mais, une fois de plus Robin ne savait pas y faire et il voulait éloigner un peu l'enfant.

<Marchons en discutant, sinon cette courte sur patte a la grande langue, risque d'aller n'importe où.>

Et voila, c'était repartit, il recommençait ses provocations maladroites...

<Je blague, hein?!>

Et il embrassa Marianne de son baiser éternel.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Lun 30 Mai - 22:42

Marianne n'avait jamais vraiment réfléchit à ce qu'impliquait réellement le mariage. Mais les allusions de son fiancé l'avaient ramenée sur terre. Son intimité avec le hors-la-loi n'avait jamais été plus loin que quelques baisers volés. Alors qu'il parle de ce qu'ils pourraient faire dans cette mare rendait la jeune femme bizarre. Elle se sentait à la fois intimidé, honteuse comme toute jeune demoiselle ignorante, mais aussi incroyablement curieuse de tenter l'expérience. Elle blémit puis rougit. Elle n'était pourtant pas sotte. Elle avait été élevée à la campagne et les grasses discussions des hommes dans son dos ne passaient pas toujours inaperçues.

<Marianne, j'aimerais que l'ont puisses discuter tranquillement tous les deux, heuu.. non pas que la petite me gêne enfin.. si.. non .. disons peut être un peu.>

La jeune femme sourit. Elle ne devait pas imposer la petite. Robin aurait besoin de temps c'était certain. Le pauvre ! Il était sans doute plus mal à l'aise que Marianne en cet instant. Mais elle avait confiance. Il finirait par y arriver. Il le fallait. Quand ils auraient leurs propres enfants, il devrait bien se charger un peu de leur éducation et passer du temps avec eux. Betty était une enfant charmante et elle ressemblait beaucoup à la jeune femme au même âge. Robin saurait comment s'en sortir. Ou pas ...

<Dit-moi! Comment toi t'appels? Moi! Robin , gentil monsieur .Tu veux mon montrer ton dada? Je te suis, passe devant nous, on viens voir dada après>

Marianne leva les yeux au ciel. C'était une enfant ! Pas la peine de lui parler comme si elle ne parlait pas notre langue. Betty regarda sa marraine d'un air dubitatif. La jeune femme haussa les épaules. Si Betty lui répondait il n'aurait qu'à s'en prendre qu'à lui-même.

"- Je suis pas bête ! Et d'abord c'est pas un dada c'est un poney ! Et puis mon nom c'est Betty ! Tante Marianne te l'a dit ! Il est pas très malin ton amoureux !
- Elisabeth Alexandrine Marianne Strattford ! Il me semble que ça suffit !
- Mais tante Marianne !"


Un regard de la jeune femme suffit. Cependant ça ne l'empêcha pas de soupirer. Marianne sourit. Robin l'avait chercher. Il proposa de marcher et donna à Betty un surnom qu'elle n'apprécia guère. Marianne non plus d'ailleurs. Mais un baiser convainquit la jeune femme qu'il avait encore laisser parler sa maladresse.

"- Beurk !"

Marianne baissa la tête en souriant. Elle aurait surement fait la même chose à son âge. Elle se baissa à son niveau.

"- Tu peux aller juqu'à la porte de l'écurie toute seule mais reste à porter de vue. Et tu ne rentres pas sans moi. Et surtout tu ne parles à personne de Robin. Promis ?
- Promis !
- Va mon ange. Je t'aime fort ma chérie.
- Moi aussi Tate Marianne. "


Betty se jetta dans les bras de sa marraine et resta un moment dans cet écrin rassurant. Etait-elle soudain inquiète ? Pensait-elle que Marianne préférait Robin à elle ? Marianne n'aurait su dire ce qui n'allait pas. La petite fille semblait mélancolique. Marianne crut bon de murmurer à son oreille.

"- Tu es ma petite fille et tu as une place à part dans mon coeur."

Elle se releva et attendit que la petite soit un peu plus loin avant de parler à son fiancé.

"- Tu l'as cherché. C'est une enfant pas une étrangère inculte. Et je t'interdis de faire ce genre d'allusions ... L'idée de toi et moi ... enfin bref ... C'est ... Il faut pas le faire ! Pourquoi es-tu ici ? En dehors du fait que tu ne peux pas te passer de moi et que tu devais te faire pardonner ..."

Elle lui adressa un sourire charmant. Elle l'attrappa par le revers de sa veste pour l'attirer à elle et l'embrasser. Puis elle se mit à avancer.

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Robin des Bois
avatar
Prince des Voleurs
Messages : 972
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 26
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Mar 31 Mai - 12:55

Robin regarda Marianne serrer Betty dans ses bras et ne pouvait pas s'empêcher d'éprouver une émotion en voyant Marianne heureuse et épanoui au prêt de cette petite fille, le prince des voleurs éprouvait une certaine joie car, si Marianne était heureuse alors lui ne pouvait que l'être également. Il se surpris même a pensé un court instant au jour ou Marianne voudrait avoir un enfant. C'était une chose qui a leur actuel Robin ne pouvait pas envisager car il jugeait la vie trop dangereuse et temps que la paix ne serait pas revenu, le couple devrait faire des sacrifices. Ou plutôt Marianne devrait faire de sacrifice, car lui n'avait pour le moment pas la maturité pour envisage d'élever un enfant.

*Pardonne moi Marianne*

Cette pensée Robin la gardait pour lui, Il ne voulait que le bonheur de sa fiancée mais, il y avait des choses qu'il ne pourrait pas lui donner et aujourd'hui bien plus qu'auparavant il s'en voulait et se demandait même comment aurait été sa vie s' il serait resté le simple Robin de Locksley. Est-ce que Marianne l'aurait quand même aimé? Ne ce serait-elle pas ennuyer avec une vie monotone? Robin partageait ce point en commun avec ca dame, ils aimaient tous les deux les risques et l'actions.

Le petit sermon de Marianne concernant l'allusion qu'il avait fait plutôt devant la petite, le fit un peut rire car sa douce semblait un peu déstabilisé. L'or ce qu'elle l'embrassa après un jolie sourire, Robin comprit qu'il était pardonner et il eu soudainement un peu envie d'arrêter de jouer au chat et à la souris et savourer quelques moments avec celle qu'il aimait. De plus il avait des choses importantes à dire à Marianne. Il marcha a ses cotés le long de la mare et en direction de Betty qui courait au loin. Robin tenait la main de Marianne et renouvelait régulièrement ses embrassements.

<Marianne, je me suis rendu a Lokcsley plutôt dans la journée et j'ai croisé l'homme don tu m'avais parlé. Et il ne semblait pas apporté grande importance au Book, j'ai regardé ses notes et j'ai découverts de choses bien étranges. Sur un parchemin il avait écrit plusieurs noms de femmes.>

Robin hésita un instant en se demandant s'il devait dire à Marianne que son nom y était présent. Mais, il se devait de la mettre en garde. Elle devait se montrer vigilante bien que Robin ne faisait aucun doute qu'elle était une personne qui savait se défendre.

<Ton nom aussi était mentionné et il est compté sur ces notes d'étrange actes effectué sur plusieurs de ces femmes. Il semble pouvoir les manipuler à sa guise et dans un but évidement des plus horribles. Je n'ai pas cherché a l'arrêter, car j'ai cru avoir à faire a un homme don l'esprit serait égaré mais, j'aurai peu être du faire plus attention et maintenant qu'il ma vue je ne pense pas pouvoir le retrouver très facilement.>

Il s'arrêta un court moment en voyant Betty les appeler de loin, puis il repris avec un sérieux très déconcertant, car il avait besoin d'être claire dans ses paroles .

<C'est pourquoi je te demande d'être très vigilante et de ne pas t'approcher de cet homme. Il faut que tu me tienne au courant s'il vient te voir ou si tu remarques des choses étranges au château. Je sais que je te demande peut être beaucoup de choses mais, j'ai une fois de plus besoin de toi.>

Robin était venu voir Marianne dans l'espoir qu'elle vienne vivre avec lui mais, il se rendait compte qu'elle serait beaucoup plus utile en restant au château. Son amour n'était pas un mensonge mais, bien que cella lui déplaise il devait souvent se servir de sa fiancée comme d'une espionne.


<Mon amour, je t'aime de tout mon être et si je pouvais faire autrement, jamais je ne te demanderais un tel service et je veux que tu saches que si tu décides de ne plus me servir d'espionne cella n'enlèvera jamais mon amour pour toi. C'est juste qu'ont a de grandes responsabilités et que je ne peut pas voir le peuple se mourir sans rien faire. Quand Richard reviendra, tous ira mieux et s'il ne reviens pas rapidement c'est moi qui irais en Terre Sainte le chercher.>

Robin ne dévoilait pas toujours ses sentiments les plus profonds mais, il avait besoin de rassurer Marianne et de lui prouver que quoi qu'il arrive il l'aimerait toujours de la même façon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Mar 31 Mai - 15:30

Si leur vie avait été parfaite, c'est comme ça qu'elle se serait déroulée. Robin et elle, main dans la main, à Knighton, profitant de la douceur de ce début de printemps, une petite fille courant devant eux. La jeune femme avait souvent fait ce rêve. Sauf qu'il y avait un petit garçon ressemblant à Robin dans ce rêve. Mais le Shérif, le Prince Jean et leurs ennuis existaient bel et bien. Depuis qu'elle avait recueillit la petite fille, Marianne sentait en elle son désir d'être mère. Mais comment cela pourrait-il se réaliser dans cet époque troublée ? Il lui faudrait renoncer pour le moment à ça. D'ailleurs il leur fallait d'abord se marier et ce n'était pas une mince affaire. Elle inspira profondément.

Robin lui raconta sa visite à Locklsey. Marianne pensa tout de suite à une rencontre avec John. Connaissant les deux hommes, ça aurait pu mal finir. Mais non, il n'avait vu que Fenry. Cet homme remplissait sa mission pour le prince avec beaucoup de zèle. Il était décidément intriguant. Robin vint démentir les pensées de la jeune femme. L'homme tenait une liste avec des noms de femmes. Pourquoi ? Dans quel but ? C'était très étrange. Marianne réalisa alors qu'il passait le plus clair de son temps avec Christabelle. Si son amie était en danger, elle devrait la prévenir.

<Ton nom aussi était mentionné et il est compté sur ces notes d'étrange actes effectué sur plusieurs de ces femmes. Il semble pouvoir les manipuler à sa guise et dans un but évidement des plus horribles. Je n'ai pas cherché a l'arrêter, car j'ai cru avoir à faire a un homme don l'esprit serait égaré mais, j'aurai peu être du faire plus attention et maintenant qu'il ma vue je ne pense pas pouvoir le retrouver très facilement.>

La jeune femme s'arrêta et scruta le visage de son fiancé. Il paraissait très sérieux. Elle ne lui avait parlé qu'une fois alors qu'il venait se présenter au Shérif. Cet homme était plus qu'étrange. Que pouvait-il bien faire à ces femmes ? Les déshonorait-il ? Est-ce qu'il allait jusqu'à les tuer ? Mariane sentit un frisson parcourir sa colonne vertébrale. Christabelle était en danger. Elle devait l'aider. Mais comment ? Elle ne l'écouterait surement pas. Elle devrait agir alors. Il avait de vues sur elle ... Parfait, elle se servirait de ça pour lui tendre un piège ... Comme s'il avait deviné ses pensées Robin la mit en garde.

<C'est pourquoi je te demande d'être très vigilante et de ne pas t'approcher de cet homme. Il faut que tu me tienne au courant s'il vient te voir ou si tu remarques des choses étranges au château. Je sais que je te demande peut être beaucoup de choses mais, j'ai une fois de plus besoin de toi.>

Elle n'agirait pas mais le Nightwatchman lui le pourrait. Elle se rapella alors de l'intrusion de cet homme dans sa chambre. Pouvait-il être Fenry ? Cet inconnu qui l'avait presque mise à terre, qui avait faillit tuer Betty. Marianne ne savait plus où regarder. Elle baissa la tête. Elle devait lui dire. Même si ça ne lui plairait pas.

<Mon amour, je t'aime de tout mon être et si je pouvais faire autrement, jamais je ne te demanderais un tel service et je veux que tu saches que si tu décides de ne plus me servir d'espionne cella n'enlèvera jamais mon amour pour toi. C'est juste qu'ont a de grandes responsabilités et que je ne peut pas voir le peuple se mourir sans rien faire. Quand Richard reviendra, tous ira mieux et s'il ne reviens pas rapidement c'est moi qui irais en Terre Sainte le chercher.>

Elle releva la tête vers lui peut-être trop brusquement car il eut un petit mouvement de recul.

"- Non ! Il reviendra. J'ai écris à ma tante Aliénor. Elle saura le convaincre de rentrer. Tu ne repartiras pas là-bas. La Terre Sainte t'a épargnée une fois. Je ne veux pas que tu tentes ta chance encore."

C'était sans doute un coup de chance, mais il avait deviner ses deux plus grandes peurs. Un départ pour les croisades serait un nouveau cauchemar. Quant à ne plus lui servir d'espionne, elle ne le pouvait pas. Certes il y avait le devoir. Mais c'était surtout la peur qu'il ne la voit plus comme avant si elle n'était plus utile. Il trouverait à la remplacer et il l'oubierait. Elle ne pourrait le supporter. Il y avait bien d'autres femmes plus belles et plus fortes qu'elle pour remplir ce rôle. Robin était séduisant et elle savait que bien des femmes lui couraient après. Elle prit une grande inspiration chassant ses pensées. Il l'aimait. Il venait de lui dire alors pourquoi ces doutes.

"- Nous avons un devoir à remplir tu as raison. Je me renseignerais. Je ne veux pas que tu me remplaces par une fille qui serait plus belle et bien plus capable que moi. "

Elle attendit un peu. Elle ne savait pas trop comment commencer.

"- Il y a ... Il y a quelques nuits de ça, quelqu'un est entré dans ma chambre alors que j'étais en train de diner. Je l'ai surpris qui fouillait la pièce. Il n'a rien trouvé mais c'était moins une. Je suis presque sure que c'était un homme. Nous nous sommes battus. Il a essayé de tuer Betty et j'ai faillit aussi y passer. Crois-tu que Fenry serait capable de ... faire une telle chose ? Le crois-tu à ce point dangereux ? Robin, Christabelle est très proche de Fenry. Il lui tourne autour. Il va falloir que je la prévienne. "

Elle ressentit le besoin de se serrer contre lui. Tout allait mal ces temps ci. Son père était malade. Guy était trop pressant. Elle ne voyait pas assez Robin et maintenant elle devait aussi surveiller Fenry. Le beau rêve n'était plus. La réalité était venu les rattrapper.

"- Je me demande si nous aurons un jour une vie simple tous les deux. Tu imagines rien que nous, une maison, des enfants et aucun combat à mener. Il y a des fois où je me dis que ça n'arrivera jamais. Mais tant pis ! J'irai en enfer s'il le fallait pour être avec toi ..."

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Robin des Bois
avatar
Prince des Voleurs
Messages : 972
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 26
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Mar 31 Mai - 18:29

Bien évidemment quand Robin avait mentionné le fait qu'il envisagerait peut être de se rendre en Terre Sainte pour aller chercher le roi Richard, Marianne avait tressaillit, car elle savait ce champ de bataille très dangereux et Robin lui-même ne souhaitait que très peut renouvelé cette expérience qui l'avait marqué a vis. Il s'était vaillamment battu au côté de son roi mais, il avait dû endurer bien des choses et n'était pas forcement prêt a retourné en Terre Sainte. Malheureusement si c'était le prix à payé pour rétablir la paix il n'aurait pas d'autre choix que de repartir. Il avait foi en Richard et savait que le roi reviendrait mais, Robin commençait à trouver le temps long et le prince Jean était de pire en pire et commençait à représentée un réel danger. Robin avait retrouvé des villages entiers dévastés a son retour a Locksley et tout avait changé.
Il ne doutait pas de la véracité des dires de sa fiancée mais, Robin ne pensait pas que la lettre écrite à la tante Aliénor serve réellement a quelques choses.

<Je ne sais pas si ta lettre servira à grand chose...>

"- Nous avons un devoir à remplir tu as raison. Je me renseignerais. Je ne veux pas que tu me remplaces par une fille qui serait plus belle et bien plus capable que moi. "

< Mariane! n'écoute-tu jamais ce que je dit? Je t'aime et je tiens à toi et peu importe tes décisions, toi seul détiens mon coeur.>

Robin n'alla pas plus loin dans ses paroles, car il se passait des choses graves et il n'avait nullement envie de déclencher une nouvelle engueulade entre lui et sa belle. A la place il lui déposa un baiser et la regarda avec passion et écouta attentivement ce qu'elle avait à lui dire.

"- Il y a ... Il y a quelques nuits de ça, quelqu'un est entré dans ma chambre alors que j'étais en train de diner. Je l'ai surpris qui fouillait la pièce. Il n'a rien trouvé mais c'était moins une. Je suis presque sure que c'était un homme. Nous nous sommes battus. Il a essayé de tuer Betty et j'ai faillit aussi y passer. Crois-tu que Fenry serait capable de ... faire une telle chose ? Le crois-tu à ce point dangereux ? Robin, Christabelle est très proche de Fenry. Il lui tourne autour. Il va falloir que je la prévienne. "

Les faits rapportés par la milady étaient très troublant et la situation était bien plus grave que Robin ne l'aurait pensé et il regrettait vraiment de ne pas avoir stoppé Fenry quand il avait eu la main sur lui. Et quand il apprit que Christabelle était proche de Fenry Robin se demandait si l'homme n'avait pas usé de sa manipulation pour corrompre la jeune femme qui était amie avec Marianne et la sienne par la même occasion. Peut être se servait-il de Christabelle pour ce rapprocher de Marianne grâce à sa meilleure amie. Quoi qu'il arrive, les deux femmes étaient toutes les deux en danger et même si Robin ne connaissait quasiment pas la petite fille, il ne voulait en aucun cas qu'il lui arrive aussi du mal. Il devait trouver un moyen de les protégées toutes les trois et connaissant Christabelle, elle l'écouterait difficilement.

<Il y a en effet de fortes chances que Fenry soit derrière tous ca et il nous faut trouver un moyen d'écarter Christabelle de ce danger public et il faudra aussi être vigilant avec la petite Betty, le château n'es plus un endroit sûr et ce n'est pas Gisbourn qui pourra vous protéger. >


Le fait même de prononcer le nom de Guisbourn déplaisait a Robin et il ne voyait pas comment ce lâche pourrait protégé les femmes du château. Robin cogitait intérieurement en réfléchissant a une solution temporaire pour mettre à l'abri son entourage et sans éveiller des soupçons.


<Écoute Marianne, je ne sais pas si nous auront une vie simple un jour comme tu l'espère mais, si on veut un jour pensé a cela il faut agir maintenant pour que l'on est tous un futur. J'ai déjà perdu des hommes à cause de mon insouciance et cela ne se reproduira plus, car je ferait en sorte de protéger tout le monde. J'avais l'intention d'organiser une petite fête dans le nouveau campement et je contais évidemment vous y convier toi et Christabelle. Ça peut être l'occasion de s'abriter un peu. Bien évidement pour éviter les soupçons il faudra que tu nous rejoigne après. Est-ce que tu peux parler a Christabelle et lui dire de venir au camp avec Betty? Elle ne nous écoutera pas si on lui parle de Fenry mais, je compte sur toi pour trouver une alternative pour la faire venir.>

Robin avait peut être trouvé une solution pour protéger ses proches mais, cela n'arrêterait pas Fenry. Robin envisageait de séparer sa bande et de les envoyer capturé cet homme. Mais, avant cette opération il allait quand même devoir organiser la fête qu'il leur avait promis.

<On devrait retourner prêt de Betty maintenant, il vas falloir quelle apprenne à me faire confiance, car je pense que j'ai commencé sur de mauvaise base avec elle et je compte sur toi Marianne pour lui expliquer qu'elle devra obéir a Christabelle et venir au campement. D'ailleurs en parlant de Christabelle, est-ce-que tu sais ou elle se trouve?>

Tous en parlant, Robin se dirigeait vers la fillette avec Marianne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Mar 31 Mai - 20:39

Il était possible que sa lettre ne serve à rien mais Marianne avait confiance en sa tante et elle savait que Richard respectait trop sa mère pour ne pas tenir compte de son appel. Elle sourit quand il s'emporta contre elle. Bien sur qu'ils s'aimaient. Mais l'amour ne l'avait pas empêcher d'aller à la croisade. Elle détourna son regard quand il parla de Guy. Il ne devait pas savoir que c'était dans la chambre du maitre d'armes qu'elle avait trouvé refuge ctte nuit là. Il ne s'était rien passé. Il les avait juste protégées. Mais Robin deviendrait fou s'il l'apprenait. Le château n'était déjà pas très sur avant mais la jeu femme était d'accord avec le hors-la-loi. Pour protéger Betty et Christabelle, elle devrait les metre à l'abri. Mais elle ne pourrait pas partir au risque de laisser son père tout seul.

<Écoute Marianne, je ne sais pas si nous auront une vie simple un jour comme tu l'espère mais, si on veut un jour pensé a cela il faut agir maintenant pour que l'on est tous un futur. J'ai déjà perdu des hommes à cause de mon insouciance et cela ne se reproduira plus, car je ferait en sorte de protéger tout le monde. J'avais l'intention d'organiser une petite fête dans le nouveau campement et je contais évidemment vous y convier toi et Christabelle. Ça peut être l'occasion de s'abriter un peu. Bien évidement pour éviter les soupçons il faudra que tu nous rejoigne après. Est-ce que tu peux parler a Christabelle et lui dire de venir au camp avec Betty? Elle ne nous écoutera pas si on lui parle de Fenry mais, je compte sur toi pour trouver une alternative pour la faire venir.>

Christabelle ne passait plus beaucoup de temps avec elle. Marianne doutait fortement qu'elle accepterait. Elle essayerait quand même. Elle devait la sauver même si elle ne se laissait pas faire. Elle pourrait rentrer au château et dire que son père se sent encore plus mal. Elle aurait une bonne excuse pour venir à Knighton Hall quelques jours. Elle pourrait mettre Betty à l'abri et Christabelle aussi. Mais il faudrait surtout arrêter Fenry. Le Nightwatchman aurait du travail. Elle le traquerait de nuit pour ne pas éveiller les soupçons. Robin se chargerait surement de le chercher le jour donc personne ne saurait ce qu'elle fait.

<On devrait retourner prêt de Betty maintenant, il vas falloir quelle apprenne à me faire confiance, car je pense que j'ai commencé sur de mauvaise base avec elle et je compte sur toi Marianne pour lui expliquer qu'elle devra obéir a Christabelle et venir au campement. D'ailleurs en parlant de Christabelle, est-ce-que tu sais ou elle se trouve?>

Oui il fallait que Betty lui fasse confiance. Si quoi que ce soit arrivait, elle devrait aller trouver Robin. Marianne n'avait confiance qu'en lui pour protéger la petite. Mais il devrait apprendre à gagner sa confance. Christabelle ? La dernière fois que Marianne l'avait vu elle attendait dans le jardin. Peut-être espérait-elle voir Fenry ?

"- Je l'ai vu dans le jardins du château. Je dois retourner là-bas organiser mon absence pour que Guy ne me cherche pas. Je dirais que l'état de mon père a empiré. Personne ne me cherchera. Je trouverais un moyen de ramener Christabelle avec moi. Tu sais Betty est une enfant vive et curieuse de tout. Elle a besoin de temps pour faire confiance aux gens. Ses parents sont morts dans un incendie. Vas-y doucement avec elle et je suis sure qu'elle va t'adorer. Robin ? Vas-tu chercher Fenry ? ça pourrait être dangereux pour toi. Si c'est lui qui m'a attaqué alors c'est un excellent combattant ! Tu auras du mal. La traque pourrait être dangereuse surtout s'il sait pour nous."

Elle le retint par le bras. Elle était inquiète. Il avait faillit la tuer et elle n'était pas une débutante. Si Fenry était aussi dangereux nul doute qu'il tuerait Robin s'il se trouvait en travers de sa route.

"- Il te tuera quand il en aura l'occasion. Ne le laisse pas faire. Je compte bien t'épouser et en un seul morceau. Tu as parlé à mon père ?"

Marianne n'accordait pas une place prépondérante à l'avis de son père dans ce cas. Cependant, elle espérait qu'il donnerait son accord. Même si sa décision était déjà prise. Elle épouserait Robin. Elle avait déjà faillit le perdre plusieurs fois. Elle ne voulait pas recommencer.

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Robin des Bois
avatar
Prince des Voleurs
Messages : 972
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 26
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Mar 31 Mai - 21:50

Une fois de plus, Marianne faisait preuve de courage et de sang froid et Robin ne pouvait qu'admirer ce geste. Même si cela impliquait que la jeune femme se mettrait en danger il n y avait aucune autres solution et Fenry ne pouvait pas rester dans la nature. Robin le traqyerait, il chargerait se s hommes d'en faire de même et quelqu'un finirait bien par mettre la main sur ce fou qui au dire de Marianne pouvait être un adversaire très redoutable. Robin écouta aussi très attentivement sa fiancée lui parler de la petite Betty et des malheurs qui lui était arrivé.

<Je serais gentil avec elle je te le promet, mais toi dois me promette de ne faire aucune bêtise qui pourrait te mettre en danger de mort, c'est bien claire?>

Malgré ses conseils, Robin savait très bien que Marianne n'hésiterait pas à risquer sa vie et à revêtir le costume du Nightwatchman et cela lui déplaisait fortement. Lui-même risquait constamment sa vie mais, si sa fiancée le faisait aussi comment pourrait-elle envisagé avoir un jour des enfants? D'un autre côté Robin utilisait le courage de Marianne pour enquêter sur ce qu'il se passait au château et donc il était en quelque sorte responsable de l'indiscipline de sa douce.

Soudain, il sortit de ses pensées quand Marianne parla de son père en lui demandant s' il lui avait parlé du mariage et demandé la main de sa fille. C'était une chose que Robin devait faire depuis quelques temps mais, qu'il repoussait constamment. Il avait peur de la réaction du père de Marianne. Réaction qui se comprenait mais, que le prince des voleurs ne souhaitait pas entendre. Il en avait assez de passer pour un danger public qui s'oppose a toute les lois. De plus, le père de Marianne était malade et apprendre que sa fille se marie avec le prince des voleurs n'arrangerait pas ca santé.


<Heu... parler à ton père? Et bien je... comptais le faire..bientôt.. mais bon tu sais, il est malade alors peut être faut-il attendre un peu et ne pas le brusquer. En plus on a des choses bien plus graves a régler avant. Je parlerais à ton père dans ... pas très longtemps.>

Une fois de plus, Robin esquivait la question et se contentait d'enlacer Marianne dans ses bras en lui murmurant à l'oreille qu'il l'aimait mais, ca elle le savait. Il semblait avoir du mal à franchir l'étape supérieure alors que c'était lui qui là harcelait pour qu'elle vive à ses cotés et devienne son épouse.


Arrivé devant l'écurie Robin lâcha la main de Marianne et ouvrit les portes en faisant un petit sourire a Betty. Cette fillette lui rappelait un peu Marianne quand elle était petite. Une enfant pleine de vie qui ne ce plain jamais.

<Alors Bettty? tu nous montre le dada? heuu ! pardon le poney.>

Robin avait encore des progrès à faire mais, il ferait un grand effort. Il rentra dans l'écurie et avec Marianne, suivit de prêt par Betty, sortit le poney dehors. Robin se baissa et porta l'enfant pour l'asseoir sur le poney en esquissant un sourire a Marianne, il venait de porter la petite comme un sac de pomme de terre. La scène semblait irréaliste, Robin n'avait jamais accordé de temps à des enfants et ne s'était encore moins amusé avec. Mais, en regardant le visage illuminé de l'enfant il ne pu cacher son émotion et lui caressa la tête, un peu maladroitement. Il lui fallait encore comprendre que la fillette n'était pas un animal.

Il promena un petit moment la petite fille sur le poney en discutant un peu avec elle et Marianne. Ils parlaient tous les trois de tous et de riens, ils passaient un moment plutôt agréable même si au fond de lui, Robin ne pouvait s'empêcher de penser au déroulement des prochaines opérations et des dangers qui allaient venir. S' il n y aurait pas eu ces problèmes, il aurait pu trouver la journée très agréable, car par moment, il avait l'impression de passer une journée en famille et que les problèmes n'existait pas.


Robin s'arrêta ensuite devant la mare, Marianne était occupé a regardé un oiseau dans un arbre. Robin regarda la fillette et Marianne et reporta son regard sur la gamine qui souriait en lui montrant l'eau. Robin venait de comprendre et allait passer un moment de complicité avec Betty. Il la fit descendre du poney et attacha ce dernier a un arbre. Puis il fit un grand sourire à la fillette qui lui fit elle aussi un sourire plein de malice. Alors, en un instant, Robin attrapa Marianne par ses délicates hanches et d'un geste la jeta dans l'eau. Betty était écroulé de rire et lui attendait de voir la réaction de sa belle mais, rebelle fiancée.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Mar 31 Mai - 23:06

Marianne ne pouvait rien promettre. Elle se contenta donc de hocher vaguement la tête à la demande de son fiancé. Il évita la question sur son père évidemment. Il lui fallait plus que du courage pour affronter son père. Mais il avait raison sur un point. Cela n'aurait pas arrangé sa maladie. Elle devait le préserver plus que tout. Il la prit dans ses bras et lui murmura son amour. Elle était perdu. A chaque fois qu'il faisait ça, elle ne pouvait plus penser clairement. Il devait arrêter où elle ne serait plus maîtresse d'elle-même. Il décida ensuite de jouer avec Betty. C'était mignon. Elle pouvait l'imaginer avec leurs propres enfants. Il lui fit faire des tours et des tours. Betty s'amusait. Marianne aussi. Elle aimait le voir comme ça. Elle l'aimait plus que tout. Mais elle songeait aussi aux dangers qu'ils auraient à affronter dans les prochains jours.

Elle observa la nature autour d'elle. Knighton était superbe au début du printemps. Elle aimait son village. Et elle aimait y passer du temps. Elle observa un point dans le ciel. Finue. Il l'avait vu. Mais il ne descendrait que si Marianne l'appelait. . Elle se rapprocha de la mare. Il arrivait au faucon de pécher dans la mare parfois. Elle l'observait quand elle sentit deux mains sur ses hanches. Avant qu'elle ai put dire quoi que ce soit, elle se retrouva sous l'eau. Elle ressorti en inspirant fortement. Elle était trempé et sa robe laissait voir plus que ce que la décence aurait voulut. Elle enleva ses cheveux de devant son visage pour voir un Robin et une Betty esclaffer sur la rive. L'eau était froide.

"- Robin de Locksley ! Tu vas me le payer et au centuple !"

Elle essaya de sortir mais glissa à nouveau sous l'eau. Elle ressorti haletante à la surface de la mare. Robin riait encore plus. Elle le foudroya du regard.

"- Je te jure que si tu n'arrêtes pas de rire je ... je ... Et puis zut ! "

Elle essaya de se hisser sur le bord mais sa robe était trop lourde et assez transparente. Voyant ça, elle rougit et rentra dans l'eau. Elle ne pouvait pas sortir comme ça. Pourtant l'eau était froide et Marianne sentait ses doigts s'engourdir. Elle oublia pourtant le froid en le voyant s'approcher de l'eau. Elle s'approcha et lui attrapa une de ses bottes tirant de toutes ses forces. Elle réussit à le faire tomber dans l'eau avec elle. Elle sorti la tête de l'eau.

"- Alors tu ris moins maintenant. Comment je vais sortir ? Ma robe est trop lourde et elle est presque transparente. "

Marianne crut voir le regard de Robin descendre.

"- Veux-tu bien me regarder dans les yeux ! Tu es impossible. Comment je suis censée rentrer au château maintenant et dans cette tenue ! Si quelqu'un me voit ... "

Elle le regardait sans vraiment être en colère. Elle aurait plutôt eu envie de rire. Une algue venait se coller sur le nez de son beau hors-la-loi.

"- Finalement, il y a un crapaud dans cette mare."

Elle pouffa de rire et l'éclaboussa. Betty les regardait avec envie. Marianne préféra éloigner la petite avant qu'elle n'ai envie de faire comme eux.

"- Ma chérie va nous chercher deux couvertures veux-tu ? "

Elle regarda la fillette s'éloigner. Puis elle jeta un regard réprobateur à Robin.

"- Tu n'as pas pu t'en empêcher n'est-ce pas ? Tu es un enfant Robin de Locksley. Et ton charme n'y fera rien, tu me le paieras ! Au moment où tu t'y attendra le moins je frapperais. Ma vengeance sera terrible ... "

Marianne ne croyait pas vraiment à ses paroles. Elle remarqua que la chemise de Robin était presque aussi transparente que sa robe. Elle se tourna et rougit. Elle ne le regarderait plus jamais. Elle ne pourrait pas. Elle préférait plonger sous l'eau que de le regardait maintenant qu'elle pouvait le voir. Pourquoi les garçons étaient moins gênés que les filles dans ce genre de cas. Il ne semblait pas gêner de pouvoir voir à travers sa robe. Marianne pourtant était honteuse et en même temps brûlait d'envie de se retourner pour voir encore une fois. Etait-elle devenu une de ces femmes de peu de vertu. Non ! Elle n'était pas sotte. Elle se retourna et ne put s'empêcher de regarder la chemise transparente de son fiancé. Elle enfouit ses mains dans son visage. Elle ne bougerait pas de là. Elle avait trop honte !

"- Tu pourrais au moins t'enfoncer dans l'eau."

Elle remarqua alors qu'elle-même était plus sortie de l'eau que lui. Elle replongea jusqu'au cou. Elle allait se maudire.

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Robin des Bois
avatar
Prince des Voleurs
Messages : 972
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 26
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Jeu 2 Juin - 20:08

Robin avait vécu beaucoup de mauvais moments c'est derniers temps et sa tension avait atteint son maximum quand il avait lu les notes de l'homme qui rodait à Loksley et qui avait dressé une liste de femme sur laquelle se trouvait le nom de Marianne. Il s'était empressé d'aller voir sa fiancée pour la mettre en garde mais, la présence de la fillette avait apporté un peu de gaieté et Robin en avait oublié un moment ses soucis et c'était même permis une bonne promenade avec Marianne et Betty et il venait de faire une petite blague à sa belle sous le regard admiratif et les éclats de rire de la gamine. Robin venait de jeter Mariane dans l'eau et attendait maintenant qu'elle en ressorte la tête pour voir s'il n'avait pas été trop loin dans sa bêtise. La réponse en se fit pas attendre l'or ce que Marianne surgit de sous l'eau avec un regard des plus sombre envers son fiancé. Bien évidement, Robin savait que cette petite colère ne durerait pas et ils s'approcha de l'eau et ne pu s'empêcher de regarder le corps de Marianne qui apparaissait sous ses vêtements trempés.

Robin s'était trop approché de l'eau et sa douce qui ne l'était plus trop, venait de l'attraper pour le faire tomber dans la mare. Chose qu'elle réussi facilement en surprenant le jeune homme. Plutôt que de ressortir de l'eau, il resta un petit moment en regardant Marianne avec un large sourire.


"- Veux-tu bien me regarder dans les yeux ! Tu es impossible. Comment je suis censée rentrer au château maintenant et dans cette tenue ! Si quelqu'un me voit ... "

Robin s'efforça de regarder Marianne dans les yeux mais, s'était très dur. Ils étaient fiancées et en âge de se livrer à des choses plus importantes que des baisers mais, la belle Marianne respectait les protocoles et Robin devait faire avec, car il n'avait aucunement l'intention de déshonorer celle qui deviendrait son épouse et de plus il fallait encore qu'il parle avec son père et ce ne serait pas chose facile. Du coup, les rares fois où il pouvait admirer le corps de sa dame qui était loin d'être moche, il s'en privait rarement et ceux malgré des réprimandes.

<Mille excuse milady mais, ton corps m'attire et il y a des pulsions que je ne pourrait pas toujours empêcher. Je te trouve très en beauté ma douce.>

Tout en souriant, il enleva l'algue qui se trouvait sur sa tête et se mit à rire avec Mariane. En attendant que la petite ramène des serviettes, il murmura des mots d'amour a Marianne. Cette dernière était en train de regarder le torse de Robin et celui-ci le remarqua tout de suite et au lieu de se cacher, bomba le torse.

"- Tu pourrais au moins t'enfoncer dans l'eau."

<Oups! désolé je suivait ton exemple Marianne.>

Robin regardait la fillette qui arrivait en courant et se tourna vers Marianne avant que Betty soit trop prêt d'eux et les entendes. Le prince des voleurs ne voulait pas faire peur à l'enfant et il était aussi vrai qu'il avait beaucoup de choses a faire et qu'il ne pourrait pas forcement rester longtemps dans le coin.

<Marianne, je ne vais pas tarder a partir, car j'ai a faire, essais de faire ce que je t'ai dit en faisant en sorte que Christabelle vienne au camp et si vraiment elle refuse, quand tu viendras me rejoindre , ramène Betty pour qu'elle soit à l'abri et n'oublie pas une chose très importante, bien plus que toutes autres choses.......je t'aime Marianne.>

D'un coup, Robin avait repris tous son sérieux, il estimait s'être assez amusé. En voyant la gamine, ses responsabilités envers les innocent lui était revenu en mémoire. Quand Betty apporta les serviettes il la remercia en lui faisant un clin d'œil, il ne voulait vraiment pas que l'enfant soit effrayé par son stresse.Il sortit de l'eau et tendis une serviette a Marianne.

<Dépêche toi, tu vas attrapé froid.>

Il tendait la serviette a Marianne et remarqua que ca fiancée était mal alaise.

<Ho! pardon ,excuse moi.>

Il lança la serviette a Marianne et lui tournas le dos.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Jeu 2 Juin - 20:53

Robin était peut-être un charmeur mais il était aussi un gentleman. Marianne savait qu'il la respecterait même s'ils n'étaient plus des enfants. Robin et elle allaient se marier et alors ils pourraient surement ... Marianne chassa ces pensées de son esprit. Ce n'était pas les pensées d'une jeune fille vertueuse. Betty arrivait en courant et Robin semblait ne plus avoir de temps à passer avec elle.

<Marianne, je ne vais pas tarder a partir, car j'ai a faire, essais de faire ce que je t'ai dit en faisant en sorte que Christabelle vienne au camp et si vraiment elle refuse, quand tu viendras me rejoindre , ramène Betty pour qu'elle soit à l'abri et n'oublie pas une chose très importante, bien plus que toutes autres choses.......je t'aime Marianne.>

Elle connaissait Robin et ce qu'elle venait d'entendre ne lui disait rien de bon. Qu'avait-il à faire ? Il n'y avait rien d'important en ce moment hormis la visite de Jean et l'affaire de Fenry. Robin n'était pas assez bête pour se jeter dans les bras de la garde d'élite de Jean. Alors, il ne pouvait qu'avoir prévu de ... trouver Fenry. C'était dangereux ! Beaucoup trop dangereux ! Il allait droit à la catastophe. Elle devait l'empêcher de faire ce qu'il avait prévu. Mais avant qu'elle ai pu lui répondre, il était sorti de l'eau. Sa chemise collait sa peau, ne cachant presque rien de sa musculature.

<Dépêche toi, tu vas attrapé froid.>

Elle avait déjà froid. Enfin pas tout à fait. Elle esquissa un mouvement mais se ravisa. Robin s'excusa et se retourna pour la laisser sortir toute seule. Mais elle savait qu'elle ne le pourrait pas avec le poids de sa robe gorgée d'eau.

"- Aide-moi. Je ne pourrais pas sortir toute seule de là. Ma robe est trop lourde."

Il se retourna. Elle saisit la main qu'il lui tendait et le laissa l'enrouler dans le linge sec. Elle tremblait au contact de l'air libre. Elle ne songeait pourtant qu'à l'empêcher de faire une bétise. Elle se rapprocha et murmura près de ses lèvres avant de l'embrasser.

"- N'y vas pas. Je t'en prie il est trop dangereux pour toi."

Puis elle s'écarta de lui. C'était étrange de pouvoir le sentir si proche. Leurs vêtements mouillés accroissaient leur proximité. Mais en même temps que son trouble, autre chose venait s'insinuer dans l'esprit de la jeune femme. La peur et l'angoisse la tenait. Elle ne pouvait pas le laisser faire ça.

"- Je suis sérieuse. Tu ne peux pas y aller sur un coup de tête. Il te blessera s'il ne te tue pas directement. Alors je te demande de ne pas y aller. Si tu m'aimes vraiment, comme tu le dis et que tu respectes mon amour pour toi, tu n'iras pas."

Mais c'était trop tard. Marianne pouvait lire la décision dans les yeux de son fiancé. Tant pis, il s'énerverait mais elle devait l'empêcher de faire ça. Pour leur sécurité à tous, il devait attendre le bon moment.

"- Si tu y vas. Je ne viendrais pas à la fête."

Elle détestait devoir lui faire du chantage. Mais c'était la seule solution qu'elle avait trouvé pour le moment. Elle le regarda avec détermination. Il devait l'écouter. Elle réfléchit pour trouver un moyen de le retenir. Nul doute que ce chantage ne lui plairait pas. Il était têtu mais Marianne aussi.

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Robin des Bois
avatar
Prince des Voleurs
Messages : 972
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 26
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Ven 3 Juin - 11:53

Malgré son initiative de ne pas ce retourner et de résister a la tentation de regarder le corps de Marianne qui apparaissait sous les vêtement trempés, Robin du quand même se retourner pour aider sa fiancée a sortir de l'eau et bien évidement il laissa un peu traîner son regard sur le corps de la jeune femme.
Il enveloppa ensuite Marianne dans le linge en la regardant dans les yeux et en essayant de la rassurer un peu, car cette dernière avait déjà deviné qu'elle initiative ils 'apprêtait a prendre au sujet du collectionneur de femme.

"- N'y vas pas. Je t'en prie il est trop dangereux pour toi."

Robin pouvait comprendre parfaitement les craintes de Marianne mais, il n'avait vraiment pas le choix et i le couple voulait pouvoir passer des moments en toute tranquillité, il allait d'abord devoir supprimer les obstacles. Avant de répondre à sa promise, Robin se tourna vers Betty, car il fallait une fois de plus l'éloigner car Marianne semblait assez paniqué et cella pourrait effrayé l'enfant qui commençait a regarder les amoureux avec une certaine inquiétude.

<Betty, merci beaucoup pour les serviettes, tu nous a évité d'attraper la mort. Je dois parler avec Marianne de choses de grandes personnes et en attendent j'aimerais que tu aille chercher un peu a mangé et a boire pour ton poney.>


Robin constat que la petite n'appréciait pas trop de se faire exclure de la conversation mais, cette discutions risquait une fois de plus de virer a engueulade et Betty n'avait pas besoin d 'entendre cela. Robin s'agenouilla près de l'enfant qui faisait la moue.

<Écoute, si tu est sage et que tu fais ce qu"on te demande, ton-ton Robin te fera visiter son campement qui regorge de surprises.>


La petite regarda Marianne qui lui fit un signe d'approbation de la tête. Alors la gamine partit en direction de l'écurie en trainant toute fois un peu les pieds.

Une fois l'enfant éloigné, Robin reporta son regard sur Marianne qui semblait toujours aussi tendu. Il fit un petit sourire plein de fierté a sa belle comme pour lui faire comprendre qu'elle s'inquiétait pour rien.

<Marianne, je ne suis pas un enfant et si ce monstre doit subir ma foudre, il ne pourra pas grand chose contre moi.>

Robin enleva sa serviette et montra a Marianne son torse, sur le quel on pouvait compter quelques cicatrices provenant des Terres Saintes.

<Une de plus ou de moins, ce n'est pas cela qui m'arrêtera ma belle.>


Robin avait tenté de faire un peu d'humour pour rassurer Marianne mais, cela n'avait servi qu'a l'irriter un peu.

Quand Marianne se remit a parler et qu'elle fit allusion a l'amour qu'avait Robin envers elle et que de plus elle lui faisait du chantage, le prince des voleurs changea de regard et renonça à prendre les choses à la légère, car il en avait plus qu'assez que la jeune femme doute de lui. C'était un homme qui avait une grande fierté et de plus était très obstiné et se donner tord était une chose très dur pour lui.

Robin réfléchit un petit moment et pensa a une chose qui ne plairait pas a Marianne mais, s'il devait lui prisé le cœur et le siens par la même occasion, il le ferait si cela lui permettait de protéger ca bien aimé. Durant longtemps il avait protéger sa fiancée mais, plus elle s'était rapproché de lui et plus c'était difficile et si pour la préserver il devait renoncer à son amour, il le ferait. Il aurait par la suite beaucoup de mal à la re conquérir mais c'était peu être mieux ainsi. Alors, Robin recula un peu et pris un air très sérieux et regarda Marianne en faisant disparaitre tout amour de son regard.


<Tu est une femme vraiment trop égoïste, tu ne penses qu'a toi et je commence à douter de ton amour pour moi. Peut être ne fais-tu cela que parce que tu ne trouves personne d'autre qui aimera ton salle caractère. Je ne suis pas comme toi Marianne et sache qu'il y a bien d'autres femme sur cette terre qui mérite peut être plus mon amour. Je ne peut pas aimer une femme qui ne pense qu'a conserver un amoureux et qui ne comprend pas tous les sacrifices que je fait.>

A la suite de ses douloureuses paroles en vers la jeune femme, Robin ne pu s'empêcher de se tourner pour ne pas affronter son regard. Le prince des voleurs était maintenant dos à sa fiancée et les larmes lui coulait sur les joues sans que Marianne ne puisse sans rendre compte. Il venait de briser le cœur de sa belle et le siens par la même occasion mais, c'était la seul chose qu'il pensait pouvoir faire pour la protéger. Avidement tout ce qu'il avait dit était faux mais, il avait dit cela avec tellement de sérieux qu'on ne pouvait douter de ses cinglantes paroles.

Robin ne disait plus un mot mais resta quand même sans bouger et attendait la réaction de Marianne. Il avait fait tous ca par amour mais, elle ne pourrait pas le deviner et tel avait été le but de Robin, être le plus crédible possible pour tenter d'effacer cette amour qui se voulait trop dangereux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Ven 3 Juin - 13:34

Marianne pensait que depuis toutes ces années, il aurait pu changer. Mais non ! C'était toujours cette même fierté. Cette fierté qui l'avait poussé à partir en croisades. Le jour où il était venu lui annoncer son départ il avait eu le même genre de discours. Il était un maître archer et personne ne pourrait rien contre lui. Aujourd'hui c'était pareil ! Mais il ne se rendait pas compte qu'il jouait sa vie et peut-être celle de plusieurs autres personnes qui payeraient son geste inconsidéré. Marianne sentait la colère monter en elle. Pourquoi ne l'écoutait-il jamais ? Il avait ce ton humoristique qui pouvait la mettre dans une colère noire. Etait-il complètement inconscient ?

<Tu est une femme vraiment trop égoïste, tu ne penses qu'a toi et je commence à douter de ton amour pour moi. Peut être ne fais-tu cela que parce que tu ne trouves personne d'autre qui aimera ton salle caractère. Je ne suis pas comme toi Marianne et sache qu'il y a bien d'autres femme sur cette terre qui mérite peut être plus mon amour. Je ne peut pas aimer une femme qui ne pense qu'a conserver un amoureux et qui ne comprend pas tous les sacrifices que je fait.>

Egoïste ? Comment pouvait-il oser dire ça ? Si elle ne l'aimait pas, elle se ficherait qu'il aille se faire tuer ailleurs. Betty était loin heureusement, car Marianne sentait que sa colère allait bientôt éclater. Elle sentait les muscles de sa machoire se tendre, ses yeux se mouiller de larmes de colère. Il voulait aller voir d'autres femmes. Il n'avait pas le droit ! Elle l'avait attendu pendant des années ! Elle avait enduré mille souffrances pour lui. Il n'avait pas le droit de lui faire ça. Et les sacrifices que elle avait fait ? Ils ne comptaient pas ? Non! Evidemment c'était comme d'habitude ! Robin ne voyait le monde que par son petit nombril ! Il lui tourna le dos. Comment pouvait-il lui faire ça ?

"- Vas-t'en ! Vas te faire tuer si c'est ce que tu veux ! Oh oui va te faire tuer ! Tu me dis égoïste ? Mais toi ! Regarde-toi ! Tu sais ce que j'ai enduré pour toi, pour mon père, pour que le peuple de Nottingham garde une certaine fierté ? Non ! Tu t'en fous ! Tu veux aller follatrer ! Va ! Avec ma bénédiction ! Mais je t'interdis de revenir ! Tu m'as laissé une fois et je t'ai pardonné ! Mais pas cette fois ! D'ailleurs qu'est-ce qui me dit que tu ne t'es pas bien amusé en terre sainte ! Quelle idiote ! Je pourrais avoir ma maison, des enfants. C'est bête, je pensais que t'attendre serait mieux. J'avais la vague impression qu'on pouvait espérer quelque chose ensemble ! Mais j'étais la seule semble-t-il ! "

Elle s'arrêta, tremblant de colère plus que de froid. Elle ne voulait pas pleurer. Elle ne lui ferait pas ce plaisir.

"- Bravo ! J'y ai cru. Tous tes beaux discours sur l'amour, notre attachement. J'y ai cru. Tu as réussi. Tu voulais me briser ? Bravo ! Ton contrat est rempli. Et le pire ... c'est que ... malgré moi ... je t'aime quand même ! Et je m'en voudrais surement toute ma vie s'il t'arrivait quelque chose."

Elle prit une grande inspiration.

"- Tu ferais mieux de partir. Tu as rendez-vous avec le diable. "

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Robin des Bois
avatar
Prince des Voleurs
Messages : 972
Date d'inscription : 23/01/2008
Age : 26
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Sam 4 Juin - 11:13

Robin, le dos tourné écoutait les cris et mécontentement de la jeune femme a qui il venait de briser le cœur. Tous ce-ci était bien évidemment mérité et le prince des voleurs ne pouvait que s'en vouloir. Il aimait Marianne plus que tout au monde mais, avait du faire un choix important pour sa sécurité. Mais, a cet instant, Robin hésitait et aurait aimé se retourner pour dire a ca fiancée que tout ceci n'était que mensonge et qu'il l'aimait de tout son coeur. La jeune femme lui aurai t sans doute pardonné a cet instant mais, l'or ce qu'elle aborda les Terres Sainte et qu'elle osait comparé cela a de l'amusement, Robin ne pu contenir sa colère envers celle qu'il avait toujours préservé.

La tristesse du jeune homme laissa alors place a toutes autres choses et cette fois-ci c'est parole ne seraient pas des mensonges. Comment cette femme qui le connaissait très bien pouvait elle pensée qu'il s'était amusé sur le champ de bataille. Il avait enduré bien des choses là-bas et s'il y avait bien une chose qui le mettait dans tous ses états, c'était le fait que l'on doute de sa souffrance sur ces terres maudites et ca, Marianne le savait, car elle était l'une des rare personne a qu'il s'était confié.
Robin fit volte face et regarda Marianne, le regard plein de reproches.


<Comment ose tu prétendre que je me suis amusé la-bas? Tu me déçois vraiment Marianne et au final je m'aperçoit que tu n'est qu'une petite noble comme temps d'autres. Je fais des tonnes de sacrifices, pour toi et pour tout le monde et c'est comme ca que tu me remercie? Je risque constamment ma vie et la, une fois de plus je vais le faire pour préserver le peuple et garder la paix et même si pour cela je dois y laisser ma vie. Je reconnait que je suis loin d 'être parfait mais, la terre n'a pas besoin d 'un héros sans imperfection mais, d'un sauveur et je serais se sauveur, que tu le veuilles ou non !>

" Bravo ! J'y ai cru. Tous tes beaux discours sur l'amour, notre attachement. J'y ai cru. Tu as réussi. Tu voulais me briser ? Bravo ! Ton contrat est rempli. Et le pire ... c'est que ... malgré moi ... je t'aime quand même ! Et je m'en voudrais surement toute ma vie s'il t'arrivait quelque chose."

Robin s'était sentit mal d'avoir brisé ainsi ca bien aimé mais, là il était exaspéré et comme d'habitude l'or ce qu'il était énervé, il n'écoutait personne même quand il avait tort et il disait parfois beaucoup de choses sous la colère et qu'il ne pensait pas réellement.

<Tu ferais mieux d'aimer ton cher Guisborne, car je vois bien qu'il ne te laisse pas indifférent. Allez! vas ! il t'attend sans doute au château.>


Robin était devenu amer dans ses propos et il commençait a s'en rendre compte. Mais, il venait aussi de dévoilé sa jalousie au grand jour, il avait peur lui aussi de perdre Marianne et ne voulait pas la voir dans les bras d'un autre.

"- Tu ferais mieux de partir. Tu as rendez-vous avec le diable. "

Sans prêter plus attention a Marianne, Robin regarda au loin la fillette qui revenait et il décida que le moment était bon pour partir, Marianne avait raison. Il adressa quand même quelques mot d'adieu à celle qui risquait de devenir son ex-fiancée.

<Mon offre de vous cacher, Betty, Christabelle et toi au campement tiens toujours, à toi de voir si tu préfère la protection de tes amis les nobles a celle du des pauvres voleurs. Maintenant, je part, comme tu l'a dit j'ai rendez vous avec le diable.> Sache juste une dernière chose, mon amour pour toi n'a jamais été dans un but profiteur, j'ai toujours été sincère je t....

Et Robin quitta les lieu sans un mot de plus, le cœur brisé et les nerfs a vifs, laissant sa belle Marianne a la réflexion de c'est dernières paroles.

Arrow Locksley

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Marianne de Fiswolter
avatar
Nightwatchman
Messages : 1008
Date d'inscription : 28/01/2008
Age : 29
Localisation : Château de Nottingham

Feuille de personnage
Age: 20 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Re: près de la mare Sam 4 Juin - 13:56

Et maintenant il jouait les outragés. La guerre ! Évidemment que c'était horrible, mais il avait choisit d'y rester non ? Il aurait pu revenir ! Qu'avait donc les hommes à croire qu'ils étaient les seuls à se battre, les seuls à souffrir. Il trouvait qu'elle ressemblait à une petite noble sans cervelle. Il était comme les autres. Il était comme son père qui attendait d'elle qu'elle passe ses journées à faire de la broderie, épouse Guy et se tienne dans l'ombre. Elle avait le même droit de souffrir, le même droit de se battre. Mais non ! Il aurait fallu qu'elle s'incline et le remercie éternellement, qu'elle dise amen à toutes ses actions ... Elle n'était pas comme ça. Elle disait ce qu'elle pensait et tant pis si ça ne plaisait pas.

<Tu ferais mieux d'aimer ton cher Guisborne, car je vois bien qu'il ne te laisse pas indifférent. Allez! vas ! il t'attend sans doute au château.>

Une envie furieuse de le gifler prit la jeune femme. Il était odieux. Elle n'aimait pas Guy. Elle se servait de lui pour avoir des informations. Mais sa stupide jalousie et sa fierté empêchaient Robin de voir tout ça. Seul le Grand Robin des Bois devait tout savoir, devait tout faire. C'était lui le héros, le sauveur comme il s'appelait. Et peu importait que Marianne ai aidé les pauvres gens depuis plus d'années que lui. Parce que Robin de Locksley, Seigneur de Sherwood, devait recevoir toute la gloire. Il ne pourrait pas accepter qu'une femme ai put faire mieux que lui. Cet imbécile avait pris la forêt juste quelques jours après son retour. Elle servait mieux son peuple en agissant de l'intérieur. Betty revenait vers eux. Il était inutile d'envenimer le débat devant elle.


<Mon offre de vous cacher, Betty, Christabelle et toi au campement tiens toujours, à toi de voir si tu préfère la protection de tes amis les nobles a celle du des pauvres voleurs. Maintenant, je part, comme tu l'a dit j'ai rendez vous avec le diable.> Sache juste une dernière chose, mon amour pour toi n'a jamais été dans un but profiteur, j'ai toujours été sincère et je t...


Il partit sans plus un mot. Marianne esquissa un pas pour le retenir mais s'arrêta net. Elle était en colère. Cet idiot allait se faire tuer. Elle saisit sa petite dague à sa ceinture et la lança dans un poteau tout proche. Elle avait besoin de se calmer les nerfs. Elle parti ensuite la rechercher. Elle devait se calmer. La colère ne l'aiderait pas à réfléchir. Betty arriva auprès d'elle.

« - Il est parti ton amoureux.
- Oui, il est parti. Bon débarras.
- Pourquoi tu dis ça ? Vous vous aimez plus.
- Non Betty .... C'est compliqué ... Pourquoi est-ce qu'il ne m'écoute jamais ?
- Je sais pas. Moi aussi des fois j'écoute pas et je fais des bêtises.
- Betty ce n'est pas pareil ... Je suis toujours là pour ... »


Soudain Marianne compris. Ses dernières paroles, sa brutalité ... Il avait voulut la blesser pour la protéger. C'était bien son genre de les séparer pour éviter qu'elle ne souffre de ses actions. A moins qu'il n'ai été sérieux ? Pourquoi alors vouloir les protéger ?

« - Mais quel idiot ! Viens mon ange, on va rentrer au château. Nous allons trouver Christabelle.
- On va aller voir la cachette de ton amoureux.
- Oui mais tu ne dois rien dire à personne. Il faut faire vite. »


Marianne retourna rapidement dans le manoir. Son père dormait pour le moment. Elle pourrait le revoir avant d'aller au camp. Elle informa les serviteurs qu'elles repartaient et demanda son cheval. Elle repassa sa cape et sortit pour faire monter la petite devant la selle. Elle se hissa derrière et partit rapidement vers le château. Il lui fallait trouver Christabelle et empêcher Robin de faire une bêtise. Mais ça c'était le travail du Nightwatchman.

Arrow Le château

_________________



fondatrice de la SCMPDQSLP fiche mise à jour le 17 Septembre 2015
Revenir en haut Aller en bas
http://fairyclochettewd.skyblog.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: près de la mare

Revenir en haut Aller en bas

près de la mare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» MANMAN PITIT SE MARE VANT! LE SCENARIO LE PLUS POSSIBLE !
» MANMAN PITIT MARE VANT AK YON LIS KAP SIKILE NAN PEYI DAYITI
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Julia de Lamerlay - Garde tes amis près de toi...
» Mare ostrum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Robin Hood : Les Mystères de Sherwood :: Zone RP Principale :: Les Alentours de Nottingham et Sherwood :: Knighton Hall-