AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
RPG Médiéval basé sur la légende de Robin des Bois

Partagez|

Oiseau de mauvais augure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Cadfaël
avatar
Apothicaire
Messages : 479
Date d'inscription : 30/03/2008
Age : 26
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age: 24 ans
Niveau RP:
5/5  (5/5)
Inventaire:
MessageSujet: Oiseau de mauvais augure. Mer 3 Mai - 12:06

Arrow Le Tournoi du Shérif : la Foire


30 mai 1192 - Matinée


Cadfaël s’était levé tôt ce matin là. Il avait passé les deux derniers jours à ranger soigneusement tout ce qu’il avait acheter à la foire du tournoi. Il avait de nouveau rempli ses casiers d’herbes sèches, en avait mis d’autres à sécher, s’était occupé de ses plans qui poussaient dans son jardin, avait passé de longues heures à découper des bandes dans les tissus robustes qu’il avait acheté et, aidé par Edara, avait soigneusement enroulé ces bandages fait maison et les avait stocké dans une armoire remplie de brin de lavande pour lutter contre les mites.

Il était très peu sorti, ayant souhaité se faire oublier après les évènements de la foire. A son grand soulagement, il n’avait eu aucune difficulté à regagner sa boutique et n’avait depuis pas reçu de visite inopportune des gardes du Shérif. Il jugeait à présent qu’après trois jours, personne ne viendrait plus lui chercher de noises et il n’avait donc pas jugé utile d’informer sa jumelle de ces évènements qui l’auraient inquiété pour rien.
Edara avait en effet assez de soucis avec la taverne et les ennuis de sa patronne, la tenancière Arianne Caldin, pour qu’il ne lui alourdisse ses frêles épaules avec ses menues inquiétudes.

Il était à présent assis à son comptoir, en train de faire sa comptabilité tout en sirotant un thé d’orient rare, coûteux et terriblement délicieux. Le jeune homme pensa qu’il n’avait toujours pas trouvé le temps d’offrir son collier à sa jumelle mais il ne voulait pas le faire à la va-vite, il attendait le moment propice.
Il voulait être au calme avec elle, peut-être comme lors de leurs rares soirées ensembles, où lui lisait au coin du feu tandis qu’elle brodait en fredonnant des air d’Orient qu’ils avaient appris lorsqu’ils étaient petits.

Terminant son exercice de comptage, Cadfaël reposa sa plume en soupirant d’aise. Il espérait que les hors-la-lois se portaient bien et qu’ils avaient bien tout ce qu’il fallait pour prendre soin de leurs blessés selon les recommandations dont il les avait abreuvé. Il comptait sur Carl pour venir le chercher si d’aventure quelque chose n’allait pas. Il avait été extrêmement ferme à ce sujet auprès de son ami.

Il n’avait pas non plus eu de nouvelles de Marianna de Fiswolter. Loin d’en être déçu, il se raisonna en songeant qu’une dame ne pouvait décemment pas descendre en ville et venir chez lui sans que tout le monde ne le sache.
Il conclut ses pensées en se disant qu’elle avait probablement raison de ne pas venir, cela ne pourrait que leur apporter des ennuis, à tous les deux.
Et puis sa comptabilité le prouvaient, ses finances se portaient bien, il pouvait largement se passer de quelques piécettes supplémentaires.

L’apothicaire n’était pas sorti depuis quatre jours, n’en ayant ni l’envie, ni le besoin, aussi fut-il largement surpris quand un confrère commerçant entra, la mine inquiète.


“Ohlà Harry, dois-je m’inquiéter de te voir avec une tête pareille ? Que se passe-t-il ?
- Je voulais êt’ certain que tu étais préparé pour c’qui arrive.
- Mais enfin, de quoi tu parles ?
- Je n’sais pas c’que sais mais ya des gens malades en ville. De plus en plus. Partout.
- Où partout ? Dois-je aller les voir ? Pourquoi personne ne m’a prévenu ?
- Parce que les gens y z’ont peur. C’est très contagieux, personne y veut approcher les gens malades.
- Mais enfin vieille canaille, tu sais bien que j’ai pas peur moi !
- Just’ment, on t’a rien dit pour t’protéger. On est pas sûrs que t’y puisse faire grand chose à cette affaire… C’est p’tet le Démon qui nous maudit.
- Cesse donc de raconter n’importe quoi Harry. Et mène-moi à ceux qui sont mals.
- Désolé mais j’peux pas, la ville est toute bouclée par l’Shérif.
- Bon et bien je suppose qu’il ne reste plus qu’à attendre…
- Allez, je rentre chez moi, j’voulais juste te dire. Que Dieu Te Garde mon ami.
- Toi aussi, Harry, toi aussi.


Songeur, Cadfaël regarda le marchand de poteries sortir, ses méninges roulant à toutes vitesse. Mais le peu d’informations qu’il avait eues ne lui apportaient que plus de questions en lieu et place des réponses qu’il cherchait.

_________________
Apprends, médecin, à ne tuer personne ; sinon, bêche la terre !
[Paracelse]
Revenir en haut Aller en bas

Oiseau de mauvais augure.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Oiseau de mauvais augure [Kendall]
» L'oiseau de mauvaise augure plane sur le vent x)
» Un messager de mauvaise augure [PV: Tauril et Jiriad]
» Les messagés d'un mauvais augure
» Un oiseau qui chante....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Robin Hood : Les Mystères de Sherwood :: Zone RP Principale :: Nottingham :: La Ville :: Les Artisans et Commerçants :: Herboristerie :: Boutique-