AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
RPG Médiéval basé sur la légende de Robin des Bois

Partagez|

Les Métiers au Moyen-Age.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Maitre du Jeu
avatar
Personnage Non Joueur
Messages : 234
Date d'inscription : 22/01/2008
Localisation : Derrière chaque personnage !
MessageSujet: Les Métiers au Moyen-Age. Sam 25 Juil - 21:25

Les gens qui font le même métier au Moyen Age forment une corporation.
Chaque atelier de corporation est dirigé par un maître, qui a sous ses ordres quelques compagnons chargés de réaliser l’ouvrage commandé. Il y a un maître, des compagnons, des apprentis.
Pour devenir maître à son tour, l’apprenti doit réaliser un chef d’œuvre.

Les compagnonnages ont été créés lorsque certains compagnons se sont rendus compte qu’ils ne pourraient jamais devenir maître à leur tour car c’était souvent les fils de maîtres qui devenaient maîtres à leur tour.
Ces compagnons se sont donc révoltés et ils ont créés des associations clandestines qu’ils ont appelé compagnonnages.
Les jeunes garçons devaient faire un voyage à pied à travers la France en se déplaçant sur les grands chantiers de l’époque.
Les premiers compagnonnages apparaissent avec la construction des cathédrales.

Les artisans forment une confrérie placée sous l'autorité d'un saint patron, dont les membres se réunissent pour un banquet annuel. Ils aident celui d'entre eux qui est malade, paient l'enterrement du confrère mort.
De cette confrérie dépend le métier que l'on appelle corporation, cette corporation fixe par écrit les conditions dans lesquelles le métier doit être exercé.
Les artisans dépendent des marchands qui sont chargés de vendre ce que les artisans ont fabriqué.
Au début du Moyen Age, on reproche aux marchands d'être riches alors qu'ils ne fabriquent rien, qu'ils se contentent de vendre.
Il est difficile de devenir maître d'atelier parce qu'il peut y avoir jusqu'à douze années d'apprentissage qu'il faut payer et l'outillage pour réaliser un chef d’œuvre coûte très cher. En réalité, les compagnons qui deviennent maîtres sont souvent les fils des maîtres.

Pour chaque métier, il y a trois catégories de travailleurs:
1/ Les maîtres qui possèdent l'atelier et les instruments de travail.
2/ Les valets ou compagnons. Ce sont des ouvriers qui touchent un salaire, ils sont embauchés pour une semaine ou une année. Ils habitent souvent la maison des maîtres.
3/ Les apprentis que leurs parents placent pour apprendre un métier.

Les paysans sont serfs ou vilains.
On distingue deux catégories de paysans libres, les laboureurs et les manouvriers
Le laboureur exploite sa terre et possède outillage et bêtes.
Le manouvrier ne dispose que de ses bras. Il se loue à la journée au laboureur ou au seigneur.
Les artisans les plus nombreux sont les travailleurs du métal et surtout du textile.


-Le forgeron :
Les forgerons étaient souvent dans les villages, alors que la plupart des autres métiers, comme les tisserands ou
les meuniers, étaient plutôt à l'extérieur des villages.
Le métier de forgeron se décline en différentes spécialités : maréchal ferrant, serrurier, faiseur de cercles,
faiseur de charrue, maréchal, chaudronnier, maréchal des forges...
Le fer est la matière principal des forgerons. L'acier et la fonte sont semblables. Ils sont principalement le
mélange de fer et de carbone à base de charbon.
Entre le XIe siècle et le XVe siècle, il était rare que la forge appartienne au forgeron ; elle appartenait au
seigneur local, qui en possédait les droits, et en récupérait les bénéfices en y plaçant un forgeron salarié.
Les activités du forgeron
  • ferrage des chevaux, et donc fabrication des fers,
  • fabrication des cerclage des roues des charrettes,
  • fabrication des cercles pour le tonnelier,
  • serrures et quincaillerie,
  • fabrication des divers araire, ainsi que tous les outils des champs : faux, faucille, râteau, houes, ...
  • fabrication des divers outils pour les jardins : pelle, pioche, fousou, bêche, fourches, ...
  • crémaillères, broches, tisonniers, moines, ...

Le forgeron met du fer dans un grand feu en le tenant par une pince. Ensuite il pose le fer sur une enclume et il le forme avec un marteau. (Il ne faut jamais oublier ses gants !).
Puis il donne à un graveur ou le vend directement.
Le forgeron est un métier à ne pas faire chez soi parce qu’il y a du feu. Il y a des outils comme le marteau, la pince, etc.
C’est assez « drôle » à regarder, mais à faire, cela doit être difficile.
Comment faire le métier de forgeron ? Pour faire ce métier il faut des marteaux, des pinces, etc. Mais ce qu’il faut avant tout, c’est du feu ! Au Moyen Age, il y avait des forges immenses, où on y faisait des bijoux.
Le forgeron est un des seuls qui travaille avec du feu et du fer.


-Le bûcheron

-Le boulanger
Un boulanger est une personne qui fabrique du pain. L’arrivée du moulin au Moyen Age a facilité la tâche pour les boulangers. En effet, l’eau pouvait ainsi arriver directement au lieu de fabrication du pain.
Au Moyen Age, le pain était souvent acheté par les pauvres.
La cuisson du pain se fait à l’intérieur d’un four ovale. L’intérieur du four est fait, en général, en terre cuite. Dans la campagne, les fours sont faits en dalle de pierre.
Les boulangers gardent tout l’argent qu’ils gagnent grâce à leurs ventes afin d’acheter des habits et de la nourriture. Les femmes des boulangers aidaient souvent les hommes.
Ces métiers d’alimentation sont les premiers à s’organiser dans la société parce qu’ils jouent un rôle très important dans les villes qui s’agrandissent.


-Le pêcheur
Les pêcheurs pêchaient avec des barques catalanes du mérou des moules et des girelles...
Au Moyen Âge, la pêche au filet existait. Les paysans n'avaient pas le droit de pêcher. Il n'y avait que les
prêtres et les aristocrates.

-Le berger
Des moutons étaient dans la bergerie en hiver. Il y avait des bergers qui allaient chercher du bois. Ils avaient du
mal à trouver de la nourriture. Les femmes réparaient les vêtements et elles fabriquaient des petits objets. En
été, les bergers tondaient les moutons de la laine qu'ils avaient sur la peau pour se protéger de l'hiver.
Le berger assurait la conduite et la surveillance d’un troupeau d’ovins et lui dispensait des soins si nécessaire,
pour le compte d’un ou plusieurs éleveurs. Il réalisait éventuellement la transformation fromagère.
Activités
Les bergers surveillaient et conduisaient les troupeaux :
[list][*]Ils observaient l’état général et les comportement du troupeaux.
[*]Ils organisaient, puis empruntaient et adaptait les parcours aux cours de l ’estive (période de présence en hautemontagne,
l’été).
[*]Ils dressaient et utilisaient le ou les chiens pour la conduite du troupeau.
[*]Exceptionnellement,ils pouvaient être amenaient à assurer l’agnelage (mise bas des brebis).
[*]Ils apportaient les soins aux bêtes (plaies,sutures,piqûres …).
Les bergers entretenaient les équipements de l’estive et organisaient sa vie quotidienne :
[*]Ils prévoyaient et commandaient l’outillage pour les travaux de maintenance.
[*]Il exécute les travaux de réparation.
[*]Il nettoie le matériel et les équipements.
[*]Il prévoit son équipement personnel et son alimentation.[list]
Le berger produit le fromage :
  • Il assure la traite des brebis.
  • Il réalise la transformation fromagère.
  • Il nettoie le matériel de traite et de transformation.
  • Il affine et conserve le fromage.
  • Il prépare le fromage pour le transport.


-Le paysan
Les paysans labouraient la terre avant de semer.
Les outils, autrefois en bois, étaient en métal et efficaces. Le sol était aéré par les chevaux qui étaient attelés par
des bandes de cuir à un collier d'épaule, plus efficace que l'ancien collier de cou. La surface cultivable était
divisée en trois parties : un an sur trois, un tiers du sol était laissé en jachère ; un autre tiers était planté de blé
d'hiver, semé en octobre ; sur le dernier tiers, poussaient des céréales semées au printemps, comme l'avoine et
l'orge.
Les paysans consommaient une nourriture peu variée : le porc, tué au début de l'hiver et conservé dans du sel,
leur donnait du lard qui agrémentait les repas de fête. Le reste du temps, ils se nourrissaient de soupes de
légumes, de galettes de céréales ou de pain gris. Ils passaient le plus clair de leur temps dans les champs et
dépendaient du seigneur.
Au Moyen Age, les paysans étaient très pauvres. Ils vivaient à la campagne et dans des fermes. Les plus pauvres n’étaient pas libres de faire ce qu’ils voulaient. Ils appartenaient au seigneur du château qui pouvait les vendre ou les donner à qui bon lui semblait. Ces paysans ne pouvaient élever leurs enfants ni marier leurs filles ; ils ne pouvaient pas non plus changer de lieux d’habitation sans l’autorisation de leur seigneur. Ils avaient le droit de cultiver pour eux un petit bout de terre qui appartenait aussi au seigneur du château. En retour, les paysans devaient travailler pour le seigneur et cultiver ses champs. S’ajoutaient à cela, les travaux de la ferme qui comportaient l’élevage, l’agriculture, la maison, le ramassage du foin, l’entretien des outils et la collecte du miel.

-Le paysan chez lui
Au centre de l’habitation se trouvait le foyer. Le feu servait à chauffer, à éclairer la pièce, à préparer la nourriture et à fumer la viande. Les paysans prenaient deux repas par jour. Le matin, ils mangeaient du pain noir et du fromage.
A table, ils buvaient de la bière, du vin et du cidre dans certaine région et bien sûr, de l’eau. Le soir, après une rude journée de labeur, ils dînaient d’une soupe ou d’un plat de viande et de légumes cuits dans un chaudron, le clos s’étendait était derrière la maison. On y cultivait des légumes et des herbes aromatiques, comme les poireaux, oignons et la sauge, dont la saveur, relevait les mets, tous en masquant le goût de la viande trop vieille. En hiver, on entassait le bois de chauffage dans les clos. En automne, les paysans abattaient leurs bêtes. Comme la viande s’abîmait vite, ils la salaient ou la fumaient pour la conserver. Les animaux non abattus avant l’hiver étaient parqués dans le clos. Quand la récolte était mauvaise et que les réserves de nourriture ne suffisaient pas pour l’hiver, les familles mourraient de faim. Pour survivre, certaines se livraient au braconnage, c’est-à-dire qu’elles volaient le gibier sur les terres du seigneur. Le coupable pouvait être condamné à mort pour avoir tué un daim car le tribunal était seigneurial.


-Le tisserand
La laine : pour fabriquer des habits en laine, il fallait beaucoup d’artisans.
Certains travaillaient chez eux. Des marchands venaient apporter de la laine ou du tissu. Des autres travaillaient en ville.
Ils filaient d’abord la laine et c’était souvent les femmes qui faisaient ce métier.
Quand le fil était utilisable, le tisserand pouvait exercer son métier, en travaillant sur un métier à tisser qu’il faisait marcher avec les pieds et les mains.
Ensuite, le tissu était près pour le foulage. En premier, le tissu était trempé, puis piétiné dans l’eau pour améliorer la qualité du tissu. Après il était étiré. Séché, cadré puis tendu.
Le teinturier pouvait ensuite faire la teinture. La teinture était faite dans une grande cuve.


-Le charpentier
Les principaux outils employés par le charpentier sont : les scies et la hache qui sont certainement les premiers outils que possédait le charpentier. Pour percer des trous profonds, il employait des grandes mèches bien aiguisées. Le reste des outils reste les mêmes que nos jours.
La charpente c’est des assemblages de pièces en bois et de métal constituant ou soutenant les diverses parties d’une construction. La charpente d’un toit ou d’un navire est confectionnée par les charpentiers.
Bois de charpente : bois propre à la construction.
Le charpentier est un peu comme un menuisier. Les charpentiers sont appelés fabrilignari : ce sont eux qui emploient ce nom.
Les maîtres charpentiers du roi devaient, pour être admis, avoir travaillé quelques temps dans les ports et faire un chef-d’œuvre, qui consistait à la construction d’un gouvernail ou d’un cabestan (= appareil autour duquel on enroule un câble pour tirer de lourdes charges)
Le travail de charpentier consiste à construire toutes sortes de choses à l’aide de bois. Le bûcheron fournit le bois aux charpentiers. Le bois sert également à construire des toits, à les rénover ou faire des petites retouches.
Les charpentiers sont les meilleurs ! Ils font et rénovent, voire retouchent des toits, sans lesquels nous serions bien embêtés.


-Le meunier
Notre métier et le meilleur puisque sans meunier plusieurs métiers n’existeraient pas.
Par exemple : le boulanger ou le marchand.
Un meunier est une personne qui moud la farine à l’aide de deux meules en pierre qui fonctionnent avec la force du vent ou de l’eau.
Le meunier vit assez pauvrement, le travail est très rude. Même sous le soleil tapant, la neige, la pluie ou la grêle.
C’est comme cela, sinon on est mal traité!
La chose qu’il faut savoir, c’est que le meunier travaille beaucoup, il doit: entretenir le mécanisme, démonter et nettoyer les meules, régler la quantité des graines versées entre les deux meules.


En vrac :
Chevalier, dame de compagnie, femme de noble, écuyer, geôlier, créateur et surtout créatrice d'enluminures, sages-femmes . . .

_________________
Ce personnage sert UNIQUEMENT à l'administration.
Pour recevoir une réponse plus rapide à propos d'un problème, veuillez contacter Marianne de Fiswolter, Cadfaël ou Lady Christabelle.
Pour toute question à propos de code ou de graphisme, contactez Alec.
Revenir en haut Aller en bas

Les Métiers au Moyen-Age.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Levis x caniche gris moyen (dept 42) ADOPTE
» La musique au Moyen Âge
» Listes et demandes de métiers Orques & Gobelins
» Caniche moyen et aveugle env. 8 ans ( frelinghien 59)
» L'habitat au haut Moyen-Age

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Robin Hood : Les Mystères de Sherwood :: Annonce à la Population (Hors Jeu) :: Le Manuscrit :: Encyclopédie-